LE MONDE S’EST DÉSHUMANISÉ

Par C.G. Jung.

A mesure que la connaissance scientifique progressait, le monde s’est déshumanisé. L’homme se sent isolé dans le cosmos, car il n’est plus engagé dans la nature et a perdu sa participation affective inconsciente avec ses phénomènes. Lire la suite…

LE TRANSHUMANISME : QUAND LA SCIENCE DEVIENT UNE (MAUVAISE) RELIGION

par Jean Staune.

En effet, cette question de la nature de notre conscience n’a pas seulement un intérêt philosophique, elle est vitale pour l’avenir de l’humanité. Et ce à cause d’un mouvement dont on commence à beaucoup parler et dont on parlera encore davantage au cours du XXIème siècle : le transhumanisme. Lire la suite…

À LA CONQUÊTE DE LA CONSCIENCE

Par C.G. Jung.

(Extrait)

Plus je me suis, au cours des ans, attaché à ces problèmes, plus s’est affermie en moi l’impression que notre éducation moderne est d’une maladive unilatéralité. Certes, il est judicieux d’ouvrir les yeux et les oreilles de la jeunesse aux perspectives du vaste monde, mais c’est folie que de croire avoir ainsi préparé suffisamment les êtres jeunes à la vie !

Cette éducation permet tout juste à l’être jeune une adaptation extérieure aux réalités du monde; mais personne ne songe à une adaptation au soi, aux puissances de l’âme dont l’omnipotence dépasse de très loin tout ce que le monde extérieur peut recéler de grandes puissances. Lire la suite…

21. SCIENCE ET CONSCIENCE

En cette ère de globalisation, marquée par la confusion et la perte de repères individuels et collectifs, l’idéologie mondialiste s’impose et domine les consciences. Coupée de l’Autorité spirituelle de la Vie, l’humanité est à la dérive.

Le matérialisme règne en maître ; on s’imagine que la science peut résoudre tous les problèmes de notre époque, mais aucun savoir humain n’a le pouvoir de réaliser l’Unité, la Paix et la Justice sur terre.

CE N’EST PAS LA SCIENCE MAIS LA CONSCIENCE
QUI NOUS ENRACINE DANS LES FORCES VIVES DE LA VIE,
DONNE SENS À NOTRE EXISTENCE
ET NOUS PERMET D’ACCOMPLIR NOTRE MISSION D’HOMME.

La Conscience universelle est l’essence même de l’Homme. Elle est l’identité spirituelle, commune à tous qui, dès la naissance, nous relie à la source mystérieuse de la Vie et nous unit du-dedans, dans le respect de la liberté et de la singularité de chacun. Seul l’éveil à la Conscience universelle nous permet d’agir dans la solidarité et d’instaurer un ordre social paisible et pérenne, en harmonie avec l’Ordre universel.

Sans l’éclairage de l’Autorité métaphysique de la Vie et de la force suprême de l’Amour, l’être humain pervertit l’emploi de son pouvoir. Inconscient et irrespectueux de la fonction de la Nature dans le contexte Cosmique, il veut en surpasser les lois et va jusqu’à chercher l’immortalité… qu’il confond avec l’éternité qui transcende l’espace et le temps.

Spirituellement aveugle, il se livre aux Forces ténébreuses de l’intelligence artificielle sans en mesurer les conséquences. À son insu, il devient esclave de systèmes de pensée et de Forces qui lui donnent l’illusion de détenir un pouvoir sans limites mais qui tuent son désir naturel, sa volonté, son libre arbitre et son sens des responsabilités. Robotisé, il est réduit à un simple outil de productivité au service des seuls intérêts de l’idéologie dominante.

UNE ÉTHIQUE S’IMPOSE À LA SCIENCE DONT LA FONCTION EST DE
SERVIR L’ÉVOLUTION DES CONSCIENCES.

Certes, les connaissances scientifiques peuvent enrichir l’esprit humain. Mais pour s’individuer et remplir sa mission existentielle, l’homme n’a nullement besoin des possibilités que procure l’intelligence artificielle ni d’un savoir qui lui donne toujours plus de pouvoir, de rentabilité et de confort. Les moyens scientifiques et techniques qu’apporte le progrès n’ont de sens et d’utilité que s’ils nous aident à mieux remplir notre fonction d’Homme : faire régner l’Unité dans la diversité du monde, dans le respect des libertés individuelles et collectives, afin d’y évoluer ensemble, en Conscience et en Humanité.

Les effets d’une science sans Conscience sont destructeurs et constituent une menace pour l’humanité entière. Ils mènent petit à petit à la mort de l’âme et de la conscience humaine, et anéantissent en l’Homme son sens d’être dans le contexte Cosmique, celui de co-créateur de la Vie.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 7 juillet 2018.

Télécharger cet article au format PDF

SEPT TÂCHES À ACCOMPLIR POUR LE BIEN COMMUN (2/2)

par l’Institut pour une Synthèse Planétaire

Développer la COOPÉRATION entre les religions et croyances
dans un esprit de respect et de gratitude mutuels

Toutes les religions et croyances spirituelles du monde ont une seule et même source:

L’AMOUR DU CRÉATEUR

S’il est vrai, comme l’affirment nombre de religions du monde, que Dieu est amour et que l’être humain est fait à l’image de Dieu, alors pourquoi les institutions religieuses se combattent-elles depuis des milliers d’années ? Peut-être parce qu’elles ont perdu le lien avec l’essence des messages divins apportés à l’humanité par des sages hautement développés tout au long des âges ? Lire la suite…

SEPT TÂCHES À ACCOMPLIR POUR LE BIEN COMMUN (1/2)

par l’Institut pour une Synthèse Planétaire.

Dans le processus de spiritualisation à l’intérieur et à l’extérieur des Nations-Unies par la pratique du respect et de la gratitude mutuelle, de l’inclusivité et de la non-discrimination dans la vie quotidienne.

VERS UNE NOUVELLE CONSCIENCE, UN NOUVEL ÊTRE HUMAIN, UN NOUVEAU MONDE

Fondé sur la justice pour tous et sur les droits de l’homme protégés par un droit international exécutable

Ces pensées au sujet de sept parmi les nombreuses tâches auxquelles l’humanité doit faire face sur la voie d’une culture mondiale et d’une civilisation plus en harmonie avec les lois universelles découlent de notre travail aux Nations Unies à Genève. Celui-ci nous met en contact avec les nombreux efforts faits par des groupes divers et des organisations pour aider à résoudre les problèmes du monde d’aujourd’hui, et avec les obstacles qui les empêchent d’être résolus. Ce choix de sept tâches n’implique pas que ce soient les seules, ou que ce soient les plus importantes. Nettoyer l’environnement, changer notre attitude envers la santé et les méthodes de guérison, faire avancer la science au-delà du pur matérialisme : tout cela peut paraître aussi important que ces sept tâches. De notre point de vue, cependant, ces sept tâches sont exemplaires du travail qui doit être accompli aujourd’hui pour établir de justes relations humaines au sein de la famille humaine. Nous offrons nos réflexions sur le sujet avec l’espoir qu’elles puissent aider à clarifier quelques-unes des causes sous-jacentes aux problèmes du monde et qu’elles soient utiles à tous ceux qui, autour du monde, travaillent pour les soulager. Lire la suite…

NOTRE EXISTENCE A-T-ELLE UN SENS ?

Préface de Trinh Xuan Thuan

(Extrait)

Depuis les temps les plus reculés, et à travers toutes les cultures, l’homme a essayé de conjurer son angoisse des espaces infinis en organisant les fragments d’information sur le monde extérieur en un schéma unifié et cohérent. Les univers se sont ainsi succédé et la représentation du cosmos a pris des formes diverses à travers le temps et l’histoire. Il y a quelques dizaines de milliers d’années, l’homme vivait dans un univers magique peuplé d’esprits : l’esprit Soleil pendant le jour, les esprits Lune et étoiles pendant la nuit, l’esprit pierre contre lequel on butait et auquel on demandait pardon, l’esprit rivière qui coulait à flots, bref un univers réconfortant et familier, à la mesure de l’homme. Lire la suite…

L’ASSASSINAT DE LA CONSCIENCE

Par Jean Dornac.

Je dois préciser que cette analyse n’engage en rien le mouvement altermondialiste, ni les autres auteurs de mon site. C’est une intuition que je porte depuis plusieurs années… Une intuition qui se confirme au fil des années et des faits.

Le système qui cloue l’humanité pauvre, partout sur la surface de la terre, à pour nom aujourd’hui, néolibéralisme. Ce système vise à asservir le plus grand nombre pour le seul bénéfice d’un groupe minuscule. Cette idéologie n’est pas arrivée par hasard. Elle a été réfléchie, mûrie longuement par des chercheurs américains (pour l’essentiel) regroupés dans les « think tanks » [1]. Ces chercheurs ont été financés dans cet unique objectif et devaient parvenir à un résultat imposé dès le départ par les commanditaires de l’opération. Lire la suite…

LES LIMITES DE LA LAÏCITÉ FACE AU BESOIN DE SPIRITUALITÉ

Par Corinne Viggiano (enseignante).

De nos jours il semblerait que la laïcité devienne l’enjeu de bien des combats d’origine identitaire, et qu’au lieu d’apaiser elle suscite divisions et incompréhensions, exactement le contraire de ce qu’elle se propose d’apporter dès l’origine : une tentative d’éclairer le peuple et de le rassembler au-delà des convictions culturelles et religieuses. Mais la laïcité telle qu’elle est proposée et apprise à l’école n’a aucun fondement spirituel. Lire la suite…

LE BESOIN SPIRITUEL

Par Jean-Louis Abrassart.

Dans les temps reculés de la préhistoire, avant l’aube du langage, les hommes de Néenderthal enterraient déjà leurs morts, sans vraiment avoir conscience de ce qu’ils faisaient. L’être humain a toujours senti, au fond de lui-même, qu’il n’était que de passage, que la condition humaine n’était qu’une des formes de la vie. Qu’est-ce la spiritualité au-delà des formes que lui ont donné les traditions religieuses ? Ne serait-ce pas ce besoin de se poser la question du sens de la vie, de l’origine et de la finalité de l’homme sur terre, de sa place dans l’univers ?

Dans notre monde moderne, la science a remplacé les religions dans sa tentative de répondre à ces questions fondamentales. Elle s’aperçoit maintenant qu’elle poursuit une quête sans fin, chaque découverte dans l’infiniment petit ou dans l’infiniment grand amenant de nouvelles interrogations. Mais devons-nous attendre de l’extérieur une réponse ou devons-nous la chercher en nous ? Lire la suite…

LIBÉRER LE SPIRITUEL DU RELIGIEUX

par André Monjardet

Ce que n’avait pas réussi à faire le monothéisme religieux, conquérir le monde, le monothéisme profane est en train de le réaliser.

Le dieu argent régente aujourd’hui le monde entier et tient sous son implacable férule la quasi-totalité des êtres humains. Ses grands prêtres dictent leur loi à l’ensemble des nations. Ils en ont eux-mêmes inventé les termes et s’appliquent à faire en sorte qu’ils soient respectés partout. Sous peine d’exclusion de la communauté humaine, nationale et mondiale.

« loi du Marché » repose essentiellement sur le droit du plus fort d’écraser le plus faible. Ne pas s’y soumettre ou la transgresser équivaut à s’isoler de la société et se voir condamner par elle.

C’est ainsi, par exemple, que tout service doit aujourd’hui passer par le moule de la monétarisation sous peine d’être jugé et condamné par les tribunaux pour concurrence déloyale. La gratuité est partout suspecte !

Cette « loi du Marché » n’est en réalité que la traduction policée de la « loi de la jungle ». Mais avec une différence de taille : celui qui ne veut pas tuer et voudrait simplement vivre en paix avec lui-même et avec les autres ne peut pas fuir. Il est cerné de tous côtés par la monnaie et se voit obligé de passer sous les fourches caudines de la production ou de l’assistanat. Nouvel esclave de la course au profit, il est prisonnier de l’arène mondiale où se joue le drame de « l’horreur économique ». Le plus souvent il s’y fait dévorer, très rarement il s’en échappe. Lire la suite…