LA STANDARDISATION DES ESPRITS

Par J. Krishnamurti.

Notre éducation consiste pour une large part à acquérir du savoir, ce qui nous rend de plus en plus mécaniques ; nos esprits s’enferment dans la routine, que ce soit en acquérant un savoir scientifique, philosophique, religieux, commercial ou technologique. Nos modes de vie, à la maison ou au dehors, et le fait de nous spécialiser dans une profession donnée rendent nos esprits de plus en plus étroits, limités et incomplets. Tout cela mène à un mode de vie mécanique, à une standardisation des esprits et c’est ainsi que, progressivement, l’État, même un état démocratique, nous dicte ce que nous devons devenir.

Naturellement, bien des gens réfléchis ont conscience de cela, mais malheureusement ils semblent l’accepter et vivre avec. C’est donc devenu un danger pour la liberté.

La liberté est une question très complexe et pour en comprendre la complexité, l’épanouissement de l’esprit est nécessaire. Naturellement, chacun donnera, de ce qu’il entend par l’épanouissement de l’homme, une définition différente, selon sa culture, sa prétendue éducation, son expérience, sa superstition religieuse, en un mot, son conditionnement. Nous ne nous occupons pas ici d’opinions ou de préjugés, mais essayons plutôt de comprendre, au-delà des mots, les implications et les conséquences de l’épanouissement de l’esprit. Cet épanouissement, c’est la culture et le développement total de notre esprit, de notre cœur et de notre bien-être physique, ce qui signifie vivre dans une harmonie complète où n’existe ni opposition ni contradiction entre ces éléments.

Il ne peut y avoir épanouissement de l’esprit que lorsqu’il y a une perception claire, objective, impersonnelle et débarrassée de toute contrainte. Il ne s’agit pas de ce qu’il faut penser mais de comment penser clairement.

Depuis des siècles, la propagande et tout le reste nous poussent à savoir « que penser ». En général l’éducation moderne consiste en cela et non pas à examiner tout le mouvement de la pensée. L’épanouissement sous-entend la liberté et comme les plantes, il a besoin de liberté pour croître.

Source : Extrait de « Lettres aux Ecoles », p.8-9, Association culturelle Krishnamurti, France, 1982.

Télécharger cet article au format PDF

Catégories : Non classé