19. LE JUSTE EMPLOI DU POUVOIR

Selon que l’on approche l’existence pleinement éveillé à notre identité spirituelle-commune ou non, on vit, pense et agit sous l’éclairage de l’Esprit de Vie ou sous l’emprise de l’esprit du Monde.

En cette époque décisive de mutation, chaque Homme doit devenir conscient de son sens d’être et de sa fonction dans le contexte Cosmique ; conscient que l’existence n’est qu’un passage, que rien ne lui appartient en propre, et que le pouvoir dont la Nature l’a pourvu est un don de la Vie qu’il se doit de bien employer.

Chaque individu est doté d’Intelligence de cœur et de Raison, de pouvoirs spirituels et matériels, pour vivre en accord avec la voix de la Conscience, contribuer à l’évolution des mentalités et assurer la pérennité harmonieuse de l’humanité. Abuser de son pouvoir pour assouvir des intérêts égoïstes, pour nuire à son semblable, l’exploiter, le manipuler ou le dominer est donc totalement illégitime, pervers et destructeur.

QUAND L’AMOUR EST ABSENT,
LE POUVOIR CORROMPT, DIVISE ET DRESSE LES UNS CONTRE LES AUTRES.

L’Homme moderne, coupé de son identité spirituelle et ignorant la loi suprême de l’Amour, vit à son insu sous l’emprise de l’esprit d’un monde qui a rompu tout lien avec la source mystérieuse de la réalité.

Identifié à sa seule dimension terrestre, plongé dans le subjectivisme, il est réduit à l’état d’animal domestique, dépourvu de responsabilité réelle et de dignité. Sans référence intérieure, il est enchainé aux valeurs éphémères du monde, formaté par l’idéologie, la propagande et les valeurs de l’époque. Il est avide de pouvoir personnel, ne cherche que la facilité, le plaisir et le confort, et ne vit que dans le paraître.

Dans un tel contexte d’aveuglement spirituel, se perpétue un monde matérialiste, gouverné par un système de dominants-dominés où règne la loi de la jungle, la loi du plus fort, du plus malin, du plus cynique.

L’ÉTAT DU MONDE DÉPEND DE L’USAGE QUE L’HOMME FAIT DE SON POUVOIR.

Pendant des millénaires, l’humanité a évolué reliée à la dimension métaphysique de la réalité par l’intermédiaire de divers systèmes religieux et spirituels. Mais pour que le Monde Nouveau voie le jour, chacun doit s’individuer, Être Un en lui-même, autonome spirituellement et responsable du juste emploi de son pouvoir.

Ce n’est qu’éveillé au plan universel de la Conscience, éclairé par l’Esprit de Vie, que l’individu devient conscient de sa fonction d’Homme et œuvre à son propre accomplissement dans la plénitude et la joie de vivre. Ce n’est qu’unis par leur identité spirituelle-commune, en partageant une même compréhension du sens de l’existence, que les Hommes vivront dans la solidarité, le respect et l’enrichissement mutuels.

Seule une humanité Une en Conscience, exerçant le pouvoir en accord avec l’Autorité suprême de la Vie, fera naitre un monde en paix, géré par une Démocratie éclairée.

LE MONDE ANCIEN SE MEURT,
ET L’HUMANITÉ DOIT CONNAITRE UNE VÉRITABLE RENAISSANCE.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 26 août 2017.

Télécharger cet article au format PDF

BERNAYS OU LA MANIPULATION DES ESPRITS

Par Michel LEBLANC.

La période des « fêtes de fin d’année » qui n’ont plus rien à voir avec celle de Noël puisqu’il s’agit très ouvertement des fêtes de la consommation la plus débridée, sans rapport avec la fête religieuse, amène à se pencher sur l’espèce de décervellement orwellien que subissent nos contemporains. Comment, en effet, ne pas constater que les mots utilisés aujourd’hui affirment des concepts contraires à leur sens primitifs. Voilà des années que l’on nous répète que le temps individuel est « libéré » que chacun peut faire tout ce qui lui plaît. Seulement on oublie de préciser que le choix, le goût, l’envie de ces prétendues « libertés » sont très largement orientés. Lire la suite…

VIDÉOS : DÉTECTEUR DE MENSONGES

L’émission de télévision française « Comment ça va bien », diffusée sur France 2, présente de jeunes enfants qui répondent à des questions face à un faux détecteur de mensonges qui impose de fausses vérités. Ces séquences nous montrent un exemple choquant et révoltant de manipulation mentale exercée sur de jeunes enfants ; une mise en scène malsaine et sans aucune humanité, un véritable viol de la conscience de jeunes êtres encore purs et innocents.

Ceux qui y voient un jeu amusant riraient sans doute moins s’ils avaient conscience que c’est de cette façon perverse que le système en place manipule les masses à des fins idéologiques et économiques, en façonnant l’opinion publique, en imposant des mensonges historiques, religieux et politiques par la terreur et la culpabilisation.

De la même façon que les enfants cèdent devant la force cynique de ce « détecteur de mensonges », à notre insu nous cédons aux forces diaboliques de la manipulation qui nous conditionnent, nous enlèvent notre sens critique et notre volonté, au point de nous ôter la possibilité de résister et de nous révolter. Et c’est ainsi que nous suivons, aveuglément et docilement, comme des animaux domestiqués, les opinions et les comportements qui nous sont imposés…

Pour visionner les vidéos, cliquez sur les 3 liens ci-dessous :

ARMES SILENCIEUSES POUR GUERRE TRANQUILLE (W. Cooper)

par L’équipe Scripto

« Armes silencieuses pour guerre tranquille » est un texte célébrissime de la galaxie conspirationniste. En 1991, il fut publié en annexe du livre « Behold a pale horse » de William Cooper, alors considéré comme le pape du conspirationnisme. Cooper prétendit que ce document avait été trouvé dans une photocopieuse achetée lors d’une vente de surplus militaires. Mais le plus probable est qu’il le rédigea lui-même, pour établir un « vrai-faux », c’est-à-dire un faux disant le Vrai.

La thèse générale est simple : depuis 1954, une Troisième Guerre Mondiale secrète a commencé. Elle oppose les élites aux peuples. Conduite essentiellement grâce aux techniques de l’ingénierie sociale inspirée des recherches menées pendant la Seconde Guerre Mondiale, resituées dans le cadre élargi des possibilités ouvertes par l’ère électronique, cette guerre vise à construire un contrôle social absolu grâce à la totale prédictibilité du comportement des foules. En arrière-plan, on reconnaît l’idée que les nations sont faites pour l’essentiel d’individus humains n’utilisant pas leur intelligence, et qu’on peut donc conduire comme du bétail.

Les classes inférieures doivent être entretenues dans une situation de perpétuelle insécurité matérielle, et tous leurs repères éducatifs, familiaux et culturels doivent être systématiquement désorganisés. De cette manière, les individus appartenant à ces classes se trouvent enfermés dès le plus jeune âge dans un devoir socialement prédéterminé, et leur capacité à cartographier les processus de leur insertion dans le système est si faible qu’il n’y a aucun risque qu’ils pensent les catégories fondatrices de la révolte, sans parler de la révolution. Lire la suite…

POUR UNE HUMANITÉ LIBRE

par Annie Marquier, Directrice de l’institut du Développement de la Personne au Québec

Le chaos mondial bat son plein. Les événements dramatiques du 13 novembre dernier à Paris n’en sont qu’une expression parmi bien d’autres, toutes aussi alarmantes, qui se produisent quotidiennement partout dans le monde. Devant ce chaos et cette souffrance, y a-t-il espoir de créer un monde meilleur, un monde libre ?

Certainement, mais pour changer cet état de choses, il nous faut en reconnaître la source, et non se contenter de blâmer ou poursuivre quelques méchants terroristes.

En fait, l’humanité est en train de vivre un processus majeur de transformation de la conscience, et c’est ce qui va lui permettre de retrouver sa liberté.

Jusqu’à présent, les êtres humains ont été soumis à l’influence de deux facteurs qui leur ont retiré leur liberté dans une très large mesure et les ont amenés au chaos  actuel.

Le premier facteur concerne la structure même de la conscience humaine. Lire la suite…

LE CONDITIONNEMENT COLLECTIF

par Serge Carfantan

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Lire la suite…

COMMENT MANIPULER L’OPINION EN DÉMOCRATIE

par Edward Bernays (extraits de son livre Propaganda)

(…) En 1922, dans Public Opinion, Lippmann rappelait que «la fabrication des consentements […] fera l’objet de substantiels raffinements » et que « sa technique, qui repose désormais sur l’analyse et non plus sur un savoir-faire intuitif, est à présent grandement améliorée [par] la recherche en psychologie et [les] moyens de communication de masse » (1). Comme en écho, Bernays écrit ici : « L’étude systématique de la psychologie des foules a mis au jour le potentiel qu’offre au gouvernement invisible de la société la manipulation des mobiles qui guident l’action humaine dans un groupe. Trotter et Le Bon d’abord, qui ont abordé le sujet sous un angle scientifique, Graham Wallas, Walter Lippmann et d’autres à leur suite, qui ont poursuivi les recherches sur la mentalité collective, ont démontré, d’une part, que le groupe n’avait pas les mêmes caractéristiques psychiques que l’individu, d’autre part, qu’il était motivé par des impulsions et des émotions que les connaissances en psychologie individuelle ne permettaient pas d’expliquer. D’où, naturellement, la question suivante : si l’on parvenait à comprendre le mécanisme et les ressorts de la mentalité collective, ne pourrait-on pas contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte » Lire la suite…