LA PLUS BELLE VÉRITÉ

Par C.-G. Jung

Le public commet l’erreur fondamentale de croire qu’il existe des réponses déterminées, des « solutions » ou des conceptions qu’il suffirait d’exprimer pour répandre la clarté nécessaire.

Mais la plus belle vérité ne sert à rien, comme l’histoire l’a mille fois montré, tant qu’elle n’est pas devenue l’expérience première, profonde de l’individu. Toute réponse univoque, celle que l’on dit « claire », reste cependant toujours fixée dans la tête, et il est extrêmement rare qu’elle pénètre jusqu’au cœur.

Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de « savoir » la vérité, mais de l’apprendre. Non pas d’avoir une conception intellectuelle, mais de trouver le chemin qui conduit à l’expérience intérieure irrationnelle et peut-être inexprimable en mots.

Voilà le grand problème. Rien n’est plus stérile que parler à propos de comment les choses doivent ou devraient être et rien n’est plus important que de trouver le chemin vers ces buts éloignés.

Source : Extrait de « L’Âme et la vie », 1995.

Télécharger cet article au format PDF

LE « RETOURNEMENT » NE PEUT SE PRODUIRE QUE DANS LE CŒUR

Par Jean-Bruno Falguière

Le « retournement » ne peut se produire que dans le cœur.

Jamais un être humain ne pourra connaître ce bouleversement de manière intellectuelle. La mutation ne peut s’opérer que si l’on passe du plan « psychologique » au plan « spirituel ». Par ce chemin-là et seulement par lui, le « moi » perdra son intensité, « moi » corrupteur si assuré de lui.

Or, il n’y a aucun espoir à attendre du mental d’un homme… Le je-moi s’approprie le monde, persuadé qu’il lui appartient. Il s’est emparé de nos vies au point de nous persuader que nous sommes lui. Cette persuasion est si forte que beaucoup d’entre les humains rejetteront l’idée même d’une appartenance à une autre source, à une autre origine, à une autre force créatrice que le moi infantile et apeuré qui conditionne leur vie et la voue à un aveuglement définitif.

Source : Scribe de Dieu – Un voyage spirituel au cœur de la confrérie soufie Boutchichiya, Erick Bonnier Éditions

Télécharger cet article au format PDF

NOUS SOMMES DES VOYAGEURS D’ÉTERNITÉ

Par Christiane Singer

Selon Jung, ce qui manque le plus dans notre siècle, c’est l’intensité. Notre époque est superficielle à l’extrême. Elle est terrifiante de violence, de cruauté et de dureté. Mais pire encore est l’insignifiance. Nous n’entrons plus dans la profondeur des choses. Tout est à consommer immédiatement puis à rejeter. Dès qu’il y a un silence, on le comble, on en a peur.

Nous sommes la première société qui ne sache pas ménager des espaces de silence, de retraite. Toute société, tout « contrat social » n’est, bien sûr, qu’une « hypothèse de travail ». Il faut dans la mesure du possible la respecter mais surtout ne pas l’ériger en loi naturelle !

L’essentiel de notre nature et de notre mission se situe au-delà du consensus social. Nous sommes des voyageurs d’éternité – et non pas seulement des citoyens et des électeurs !

Nous sommes appelés à tout instant et si nous n’entendons pas cette voix qui nous appelle, nous mourons étouffés. Nous sombrons dans la dépression et dans le désespoir parce que notre identité véritable nous échappe.

Lire la suite…

L’AMOUR, SENTIMENT OU ÉNERGIE ?

Par Jean-Bruno Falguière.

L’Amour n’est pas un sentiment ! C’est l’énergie créatrice la plus puissante de l’univers. Sans l’Amour, l’être humain n’est rien. Il est donc invité à sortir de l’identification à son animalité pour s’éveiller à sa nature spirituelle. La plus grande souffrance de ce monde est le manque d’Amour.

Jean-Bruno Falguière est psychanalyste, écrivain et animateur de l’atelier L’Autre est une école, atelier d’éveil à la nature psychologique de la créature humaine et à l’identité spirituelle de l’Être.

[10mn 50]

ÉVOLUTION ET RÉVOLUTION

par Elisée Reclus

L’évolution est le mouvement infini de tout ce qui existe, la transformation incessante de l’univers et de toutes ses parties depuis les origines éternelles et pendant l’infini des âges. Les voies lactées qui font leur apparition dans les espaces sans bornes, qui se condensent et se dissolvent pendant les millions et les milliards de siècles, les étoiles, les astres qui naissent, qui s’agrègent et qui meurent, notre tourbillon solaire avec son astre central, ses planètes et ses lunes, et, dans les limites étroites de notre petit globe terraqué, les montagnes qui surgissent et qui s’effacent de nouveau, les océans qui se forment pour tarir ensuite, les fleuves qu’on voit perler dans les vallées, puis se dessécher comme la rosée du matin, les générations des plantes, des animaux et des hommes qui se succèdent, et nos millions de vies imperceptibles, de l’homme au moucheron, tout cela n’est que phénomène de la grande évolution, entraînant toutes choses dans son tourbillon sans fin.

Lire la suite…

LA STANDARDISATION DES ESPRITS

Par J. Krishnamurti.

Notre éducation consiste pour une large part à acquérir du savoir, ce qui nous rend de plus en plus mécaniques ; nos esprits s’enferment dans la routine, que ce soit en acquérant un savoir scientifique, philosophique, religieux, commercial ou technologique. Nos modes de vie, à la maison ou au dehors, et le fait de nous spécialiser dans une profession donnée rendent nos esprits de plus en plus étroits, limités et incomplets. Tout cela mène à un mode de vie mécanique, à une standardisation des esprits et c’est ainsi que, progressivement, l’État, même un état démocratique, nous dicte ce que nous devons devenir.

Lire la suite…

LE JUGEMENT

Voici une histoire que Lao-Tseu aimait raconter.

Un pauvre chinois suscitait la jalousie des plus riches du pays parce qu’il possédait un cheval blanc extraordinaire. Chaque fois qu’on lui proposait une fortune pour l’animal, le vieillard répondait :

– Ce cheval est beaucoup plus qu’un animal pour moi, c’est un ami. Je ne veux pas le vendre.

Un jour le cheval disparut. Les voisins rassemblés devant l’écurie vide donnèrent leur opinion :

– Pauvre idiot, il était prévisible qu’on te volerait cette bête ! Pourquoi ne l’as-tu pas vendue ? Quel malheur !

Lire la suite…

LE BESOIN SPIRITUEL

Par Jean-Louis Abrassart

Dans les temps reculés de la préhistoire, avant l’aube du langage, les hommes de Néenderthal enterraient déjà leurs morts, sans vraiment avoir conscience de ce qu’ils faisaient.

L’être humain a toujours senti, au fond de lui-même, qu’il n’était que de passage, que la condition humaine n’était qu’une des formes de la vie. Qu’est-ce la spiritualité au-delà des formes que lui ont donné les traditions religieuses ? Ne serait-ce pas ce besoin de se poser la question du sens de la vie, de l’origine et de la finalité de l’homme sur terre, de sa place dans l’univers ?

Lire la suite…

ENSEIGNER, UN MÉTIER PROFONDÉMENT HUMAIN

Par Corinne Viggiano

Dans cette époque de bouleversements, marquée par le changement et la perte des repères traditionnels, il m’apparaît opportun de faire un retour sur mon métier d’enseignante que j’exerce en lycée professionnel dans l’Éducation nationale depuis de nombreuses années déjà.

J’aimerais soulever l’aspect humain du métier d’enseignant dont on parle trop peu et qui, pourtant, constitue le socle de toute transmission. Un aspect négligé dans les discours des instances officielles, davantage préoccupées par l’évolution technique du métier, avec l’intégration du numérique et de l’intelligence artificielle.

Lire la suite…

VIVRE SANS MENTIR

Par Alexandre Soljénitsyne

Extraits

[…] C’est déjà le fond de l’abîme, la mort universelle de l’esprit est imminente, la mort physique aussi dans le brasier qui nous engloutira tous, nous et nos enfants. Et nous continuons, comme devant, de sourire peureusement et de balbutier indistinctement :

‒ Mais comment pourrions-nous bien nous y opposer ? Nous sommes sans force.

Nous sommes si irrémédiablement déshumanisés que, pour toucher notre modeste ration de nourriture aujourd’hui, nous sommes prêts à sacrifier tous nos principes, notre âme, tous les efforts de nos ancêtres, toutes les espérances de nos descendants, tout, pourvu qu’on ne touche pas à notre chétive existence.

Lire la suite…

L’ENFANT DOIT ALLER PLUS LOIN QUE NOUS

Par Maria Montessori.

On peut dire que les enfants représentent des personnalités indépendantes qui s’incarnent, non seulement dans le corps physique, mais dans l’esprit de la civilisation pour la pousser en avant, vers la destinée mystique et inconnue de l’humanité.

Lire la suite…

LE SILENCE

Par Satprem

On s’aperçoit qu’il suffit de faire un pas en arrière dans sa conscience, juste un petit mouvement de retrait, et l’on entre dans une étendue de silence. Comme s’il y avait un coin de notre être qui avait les yeux à jamais fixés sur un grand Nord tout blanc.

Le vacarme est là, dehors, la souffrance, les problèmes, et on fait un léger mouvement intérieur, comme pour franchir un seuil, et, tout d’un coup, on est en dehors (ou en dedans ?) à mille lieues et plus rien n’a d’importance, on est sur des neiges de velours.

Lire la suite…

L’ÂGE SOMBRE

Par René Guénon.

La doctrine hindoue enseigne que la durée d’un cycle humain, auquel elle donne le nom de Manvantara, se divise en quatre âges, qui marquent autant de phases d’un obscurcissement graduel de la spiritualité primordiale ; ce sont ces mêmes périodes que les traditions de l’antiquité occidentale, de leur côté, désignaient comme les âges d’or, d’argent, d’airain et de fer.

Nous sommes présentement dans le quatrième âge, le Kali-Yuga ou « âge sombre », et nous y sommes, dit-on, depuis déjà plus de six mille ans, c’est-à-dire depuis une époque bien antérieure à toutes celles qui sont connues de l’histoire « classique ».

Lire la suite…

LE VACARME

Par Gilbert Frey

L’homme économique moderne est devenu totalement incapable de penser autrement qu’en mode quantitatif, numérique. Seul le monde extérieur : la direction uniquement « horizontale » de l’investigation du réel relatif, peut encore déclencher quelque réaction dans les cervelles actuelles. L’autre porte, le réservoir sans fond des sources subjectives, absolues, éternelles et non conditionnées par le « prêt-à-penser » de l’ordre du jour, est obstrué et devenu totalement inaccessible, ignoré, inconnu des êtres de notre temps. Lire la suite…

TÉMOIGNAGE D’UNE PROFESSIONNELLE DE L’ÉDUCATION NATIONALE À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Delphine, ATSEM (Agente Territoriale Spécialisée des Écoles Maternelles) en classe multi-âges de maternelle.

Suite à un remplacement d’ATSEM au sein d’une classe de maternelle, durant la période Covid, j’ai pu connaître en même temps que certains enfants « La leçon de Professeur Hibou ».

Avec un peu de recul, je me suis rendue compte que les enfants ont pu s’identifier aux personnages dès la première écoute de l’histoire. Et grâce à cela, se rendre compte de l’importance de n’écouter pas seulement sa tête et ses décisions plus impulsives, mais plutôt d’écouter son cœur pour essayer de faire les meilleurs choix possibles dans les situations où ils pourront être amenés tout au long de leur vie scolaire mais aussi de leur vie privée. Lire la suite…

LES DÉRIVES DE L’ÉDUCATION « POSITIVE », SIGNE D’UN BESOIN DE CHANGEMENT

Par Diane Combes, professeur des écoles en maternelle.

Enseignante en maternelle depuis une quinzaine d’années, après avoir exercé en élémentaire, j’ai l’opportunité d’observer au quotidien l’impact sur les parents et les élèves d’un nouveau cadre éducatif issu essentiellement des neurosciences, de la psychologie positive1 et de la communication non violente2, appelé « éducation positive ». Lire la suite…

SCIENCE ET SAGESSE

par Albert Chantraine.

Les sciences modernes ont découvert des principes, mais les résultats en sont des techniques aberrantes et inutiles.

Ce qu’on appelle orgueilleusement « les Sciences » ne sont que des connaissances issues des perceptions des sens par le mental de la plupart des hommes dit savants. Rares sont ceux qui, parmi eux, effectuent des recherches en mettant en jeu leur mental allié à une conscience supérieure. Lire la suite…

PROJET : MISE EN SCÈNE DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU » EN CLASSE DE MATERNELLE

Les enfants qui reconnaissent naturellement l’importance du message transmis par l’histoire La leçon de Professeur Hibou, souhaitent en général le partager avec leurs parents ou les autres enfants de l’école. Il est possible de créer une mise en scène simple où tous les enfants d’une classe participent. Lire la suite…

POUR ÉTOUFFER PAR AVANCE TOUTE RÉVOLTE

Par Günther Anders.

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Lire la suite…

MOTS D’ENFANTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Lubin, 5 ans

Plus on écoute son cœur, moins le cerveau dit de faire des bêtises !

Rose, 4 ans

Il faut écouter son cœur qui peut dire oui ou qui peut dire non, pour être bon et pour être bien. Il faut jamais, jamais, jamais oublier. Lire la suite…

DANS CE MONDE…

Par Krishnamurti.

Dans ce monde, il y a tant d’opinions et de théories contradictoires, tant d’affirmations grotesques et de revendications émotionnelles, qu’il est difficile de discerner ce qui est vrai, ce qui est d’une aide réelle à la compréhension et à la réalisation individuelles.

Ces affirmations, les unes fantastiques, les autres vraies, d’autres violentes, d’autres absurdement embrouillées, sont créées et lancées vers nous par des livres, des périodiques, des conférenciers et nous en devenons les victimes. Elles promettent des récompenses et, en même temps, menacent et contraignent avec subtilité. Lire la suite…

LA QUESTION DES RELATIONS HUMAINES

Par C.G. Jung.

La question des relations humaines et des rapports interhumains dans le cadre de notre société est devenue un souci urgent en face de l’atomisation des hommes « massifiés », simplement entassés les uns sur les autres, et dont les interrelations personnelles sont minées par une méfiance généralisée.

Lorsque les fluctuations du droit, l’espionnage policier et la terreur sont à l’œuvre, les hommes sont acculés à l’isolement et à n’être que des parcelles menacées, ce qui cadre avec le but et l’intention de l’état dictatorial, qui repose sur l’amoncellement aussi massif que possible d’unités sociales impuissantes. Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PARENTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Père de Rose, 5 ans

Rose est une petite fille vive, avec un tempérament très actif, mais aussi très émotive. La concernant, les conséquences sur sa gestion des émotions sont très positives. En effet, grâce au Professeur Hibou, elle arrive beaucoup mieux à identifier ses émotions et donc à les gérer. Ces derniers temps, elle décide spontanément de faire des pauses, les yeux fermés, afin d’écouter ce que son cœur lui dit pour savoir « ce qui est bon ».

Nous voyons que le Professeur Hibou est omniprésent, elle aime le dessiner, le représenter en pâte à modeler, réciter la poésie ou simplement nous en parler. Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PROFESSIONNELS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Julie, psychologue et professeure des écoles en élémentaire

L’intérêt particulier de cette histoire réside, selon moi, dans le fait qu’elle renvoie le lecteur (l’auditeur) à lui-même. « Écoute ton cœur ! » : voilà une phrase qui montre bien que les réponses sont en nous. L’enfant a, dès le plus jeune âge, conscience de cette ressource. Il est tout à fait en mesure de s’y référer si on l’y encourage.

Ce récit peut, en ce sens, être considéré comme un « déclencheur », qui invite l’enfant (et l’adulte !) à s’écouter et à chercher ses réponses non plus à l’extérieur (générateur de confusions et de tensions) mais bien en soi.

La morale de cette histoire : la morale est en soi. Lire la suite…

LETTRE À UN LIBRE-PENSEUR

Par Alphonse Jacquel

Entre un libre-penseur et un homme libre, je vois un fossé profond.

Le libre-penseur peut fort bien être marxiste, ou officier d’une armée bourgeoise ou tout simplement adhérent d’un système d’émancipation sociale. En se laissant volontairement accrocher à quelque chose, il ne se doute pas qu’il s’emprisonne. Lire la suite…

MOTS D’ENFANTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Clémence, 5 ans.

J’aime bien descendre dans mon cœur. Ça me fait du bien.

Marine, 5 ans.

Pendant la récré, je me suis disputée avec Sophia ; Clémence, Justine et Lubin m’ont aidée à écouter mon cœur et après on ne s’est plus disputées.

Corentin, 5 ans.

J’ai dessiné un grand cœur que j’ai mis sur la porte de ma chambre pour me rappeler que je dois écouter mon cœur pour être sage.

Source : https://www.vivrelibre.net – Mai 2020

Télécharger cet article au format PDF

L’ENFANT NOUVEAU

Par Maria Montessori.

Les problèmes d’éducation, et en particulier ceux qui se rapportent à la personnalité, au caractère, au développement de l’intelligence, ont leur origine dans le conflit permanent qui existe entre l’adulte et l’enfant.

L’adulte est cette énergie toute puissante qui domine l’enfant et l’empêche de se développer. Les obstacles que l’adulte oppose à l’enfant sont nombreux et graves, et ils deviennent d’autant plus périlleux lorsque l’adulte s’occupe continuellement de l’enfant et s’arme presque contre lui du droit et de la science avec la volonté de le diriger selon ses propres convictions. Par conséquent, l’adulte le plus proche de l’enfant, c’est-à-dire la mère ou l’éducateur, est précisément celui qui présente le plus grand danger pour la formation de la personnalité enfantine. Lire la suite…

LES LIBERTÉS

Par Louis Leprince-Ringuet.

Pour vivre librement, il ne suffit pas de disposer de la possibilité d’être libre.

Tout un apprentissage est nécessaire, qui ne s’arrête pas au sortir de l’école. On le voit bien : que de gens, parmi nous, sont en réalité des esclaves ! Esclaves de leurs désirs, de leurs petites habitudes, voire de leurs manies, esclaves de leur égocentrisme, de leurs pulsions, de leurs routines, de leur arrivisme; enfin, pour beaucoup, esclaves de l’argent. Que de vedettes, d’hommes politiques sont attachés au désir de paraître : sans leur dose de flashes quotidiens, ils sont tristes, affectés et leur comportement s’en ressent. Combien d’entre nous cherchent à gagner toujours plus d’argent ! Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PARENTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Mère de Laura, 4 ans

Lorsque j’ai entendu l’histoire du Professeur Hibou, je me suis imaginé les enfants de la classe, avec ma fille, écoutant attentivement et avec toute leur innocence cette leçon de vie, et les larmes me sont montées aux yeux. Quel contraste avec notre monde actuel, bruyant et violent ! Lire la suite…