LA SOLITUDE

Par C.-G. Jung.

Enfant, je me sentais solitaire, et je le suis encore aujourd’hui, car je sais et dois mentionner des choses que les autres, à ce qu’il semble, ne connaissent pas ou ne veulent pas connaître. La solitude ne naît point de ce que l’on n’est pas entouré d’êtres, mais bien plus de ce que l’on ne peut leur communiquer les choses qui vous paraissent importantes, ou de ce que l’on trouve valables des pensées qui semblent improbables aux autres. Ma solitude commença avec l’expérience vécue de mes rêves précoces et atteignit son apogée à l’époque où je me confrontais avec l’inconscient. Quand un homme en sait plus long que les autres, il devient solitaire. Mais la solitude n’est pas nécessairement en opposition à la communauté, car nul ne ressent plus profondément la communauté que le solitaire ; et la communauté ne fleurit que là où chacun se rappelle sa nature et ne s’identifie pas aux autres.

Il est important que nous ayons un secret, et l’intuition de quelque chose d’inconnaissable. Ce mystère emplit la vie d’une nuance d’impersonnel, d’un « numinosum ». Qui n’a pas fait l’expérience de cela a manqué quelque chose d’important. L’homme doit sentir qu’il vit dans un monde qui, à un certain point de vue, est mystérieux, qu’il s’y passe des choses, dont on peut faire l’expérience – bien qu’elles demeurent inexplicables, et non seulement des choses qui se déroulent dans les limites de l’attendu. L’inattendu et l’inhabituel font partie de ce monde. Ce n’est qu’alors que la vie est entière. Pour moi, le monde, dès le début, était infiniment grand et insaisissable.

Source : Extrait de Ma vie

Télécharger cet article au format PDF

LA MAISON ET LE MONDE

Par Hélène Lubienska de Lenval.

Dehors il y a le monde. Dehors il a le bruit. Il y a la hâte, la convoitise, la vanité. Mais la maison ce n’est pas dehors : c’est dedans. Ce n’est pas le monde, c’est nous. Il ne tient qu’à nous de remplir la maison de silence.

Le silence repose, apaise, guérit, console. Il répare les forces, protège la vie, favorise la pensée. Le silence rend meilleur. Lui seul met d’accord l’esprit et la matière. Lire la suite…

QU’AS-TU QUE TU N’AIES PAS REÇU EN DON ?

par Christiane Singer.

L’homo technicus-economicus croit aussi, à sa manière, se suffire à lui-même. Arrogant, demiurge, autosatisfait, il se frotte les mains, dispose de tout ce qu’offre la planète, s’arroge tous les droits, ignore ses devoirs, coupe les liens qui le relient aux autres humains, à la nature, à l’histoire et au cosmos. Il pousse si loin l’émancipation qu’il court le risque de déchirer tous les fils et de décrocher, de se décrocher, de s’auto expulser de la création. Son idéologie est si simpliste que n’importe quel fondamentalisme religieux apparaît en comparaison subtil et pluriel. Un seul précepte, une seule loi, un seul paramètre, un seul étalon : le rendement ! Lire la suite…

DE LA COMPÉTITION

Par Albert Jacquart.

Le système ne choisit pas les meilleurs, il choisit les plus conformes, c’est dangereux.
[3mn 27]

MOTS D’ENFANTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Angéline, 6 ans

Quand je pleure, dans ma maison, j’écoute mon cœur et c’est mon cœur qui me rassure et après, je trouve la joie.

Lubin, 5 ans

La voix peut te dire quelque chose même quand tu dors. J’ai entendu une autre voix qui m’a dit : « Si des petits écoutent leur cœur et qu’ils jouent avec des grands qui sont insolents, ils vont devenir comme eux, insolents et voleurs. Moi, je joue avec les enfants qui écoutent bien leur cœur, comme ça, je suis sage. » Lire la suite…

L’ENFANT EST, POUR L’HUMANITÉ, À LA FOIS UN TRÉSOR ET UNE PROMESSE. EN PRENANT SOIN DE CET EMBRYON COMME DE NOTRE TRÉSOR LE PLUS PRÉCIEUX, NOUS TRAVAILLERONS À FAIRE GRANDIR L’HUMANITÉ.

— Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne, 1870-1952

A PROPOS DES JEUX D’ENFANTS

par Dieter Sprock

Les enfants aiment jouer. Pas seulement les enfants des hommes. A chaque occasion qui s’offre pour observer le jeune être, on est frappé par sa joie de vivre, sa joie de bouger et de découvrir le monde et d’expérimenter de nouvelles choses. Qui ne connaît le jeu de jeunes chiens, quand ils se courent après, qu’ils zigzaguent, qu’ils s’arrêtent soudain, qu’ils regardent ce que l’autre fait et recommencent à courir, ou bien les sauts exubérants des petits veaux sur la prairie …? Nos enfants aussi aiment jouer et bouger, quand leur joie de vivre n’a pas été enrayée par une éducation erronée. Lire la suite…

UNE VIE TOUTE EN DURÉE, MAIS SANS INTENSITÉ : QUEL ENNUI !

Entretien avec Michel Faucheux, Maître de conférence en littérature à l’Institut national des sciences appliquées (Insa) de Lyon

L’homme se définit par son imperfection et ses limites, affirme l’universitaire. Pactiser avec une science toute-puissante afin de vaincre la mort, c’est risquer de nous perdre nous-mêmes.

Est-ce que le drame métaphysique de Faust — pactiser avec le diable en échange de l’éternité — se joue encore aujourd’hui ?

Oui, excepté qu’au XXIème siècle, ce n’est plus avec le diable que nous passons un pacte. mais avec une science devenue une puissance dont nous ne maîtrisons pas toujours les effets. Cette science ne se contente plus de transformer le monde, elle est poussée par certains à réinventer l’être humain — par la biologie, la génétique, la robotique… — voire à le dépasser — par l’intelligence artificielle. Pour échapper à un futur dangereux, il nous faut, à l’inverse de Faust, renoncer à ce pacte. Lire la suite…

LE SILENCE QUI REND PRÉSENT

par Reza Moghaddassi.

« Il faut deux ou trois ans pour apprendre à parler et toute une vie pour apprendre à se taire. » Proverbe chinois

Tout concert commence par un profond silence dans lequel le musicien cherche à s’accorder intérieurement avec la musique qu’il va jouer. Ce silence n’est pas le vide, mais une sortie du vide. Car, dans ce silence, quelqu’un se prépare à donner le meilleur de lui-même et à habiter ce qu’il va faire. Ce silence plein de promesses dans lequel chacun est appelé à sortir de son bavardage donne toute son importance à ce qui va suivre et permet de transformer un moment comme un autre en un événement. Il produit déjà l’unisson, puisqu’il concentre l’attention de tous dans la même direction. À la fin du concert, avant que les applaudissements ne viennent le couvrir — hélas, toujours trop tôt —, un autre silence, plein et riche, bouleversant, donne toute sa grâce à l’événement. Entourée par ces deux silences, la musique est comme arrachée au temps linéaire et entre dans une forme d’éternité — elle a toujours été et sera pour toujours. C’est du silence que s’élève toute musique et c’est au silence qu’elle retourne. Lire la suite…

La voix de la conscience – la voix du cœur – est en chacun de nous la référence, l’Autorité intérieure, à laquelle doit se soumettre notre dimension terrestre qui détient le pouvoir d’exécution.

— Par VIVRE LIBRE – Extrait du texte 4. « L’erreur d’identification » – Le sens de l’existence

TÉMOIGNAGES DE PROFESSEURS DES ÉCOLES EN MATERNELLE À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Diane

La manière dont l’adulte accompagne l’enfant en utilisant le moyen donné par La leçon de Professeur Hibou est très importante.

Voici un exemple : B. est très sensible à la voix de son cœur, mais il se laisse entraîner par A. qui le pousse à dire et à faire des bêtises. Après un temps de silence, un jour, il a dit : « En fait, moi, je n’écoute pas trop mon cœur parce qu’il y a des enfants qui m’apprennent à faire le fou. » Lire la suite…

MON ÂME

Par C.-G. Jung

Mon âme, où es-tu ? M’entends-tu ? Je parle, je t’appelle, es-tu là ? Je suis revenu, je suis rentré. J’ai secoué de mes pieds la poussière de tous les pays et je suis venu à toi, je suis avec toi ; après de si longues années de longue marche je suis à nouveau venu vers toi. Veux-tu que je te raconte tout ce que j’ai regardé, vécu, ingurgité ? Ou bien ne veux-tu rien entendre de tous ces bruits de la vie et du monde ? Mais il faut que tu saches une chose, il y a une chose que j’aie apprise : Que l’on doit vivre cette vie. Cette vie est le chemin, le chemin que l’on cherche depuis si longtemps et qui mène à l’inconcevable que nous qualifions de divin. Il n’y a pas d’autre chemin. Tous les autres chemins sont de mauvais chemins. J’ai trouvé le bon chemin ; il m’a conduit jusqu’à toi jusqu’à mon âme. Lire la suite…

VOTRE TEMPS EST COMPTÉ, ALORS NE LE GÂCHEZ PAS À VIVRE UNE VIE QUI NE SERAIT PAS LA VÔTRE. NE VOUS LAISSEZ PAS ENFERMER DANS LE DOGME, NE LAISSEZ PAS LES IDÉES D’AUTRUI DIRIGER VOTRE VIE. NE LAISSEZ PAS LES CRIS DES AUTRES COUVRIR VOTRE VOIX INTÉRIEURE. ET SURTOUT, SURTOUT : AYEZ LE COURAGE DE SUIVRE VOTRE CŒUR, AYEZ LE COURAGE DE SUIVRE VOTRE INTUITION.

— Steeve Jobs, fondateur d’Apple, 1955-2011

NOUS SOMMES TOUS RELIÉS

Par Myriam Gablier

Le mouvement et l’interdépendance : la vision holistique du monde

L’intrication quantique nous bouscule. Ce phénomène qui montre que les particules sont reliées même à distance est une invitation à nourrir une vision holistique du monde.

Imaginez une vague, cette forme émergente et dynamique que peut prendre l’eau. Est-ce que la vague peut être considérée comme un objet séparé de l’océan ? Peut-elle être vue comme une réalité statique et finalisée ? Non. Elle passe dans l’eau, l’eau se prête à elle. Il y a bien eu ce que nous appelons une vague et pourtant il est difficile de la « chosifier » séparément de l’arrière-plan. En comprenant ce dilemme, vous avez compris un des problèmes majeurs de la physique quantique. Les particules élémentaires n’apparaissent pas comme des choses fixes et délimitées, totalement différenciées de ce qui les entoure. Elles ressemblent plutôt à des phénomènes en mouvement, perçant depuis une dimension que nous ne connaissons encore que mal. Lire la suite…

LA PAROLE

Par Khalil Gibran

…Puis un érudit dit, Parle-nous de la Parole.

Et il répondit, disant : Vous parlez quand vous cessez d’être en paix avec vos pensées ; Et quand vous ne pouvez d’avantage demeurer dans la solitude de votre cœur vous venez vivre dans vos lèvres, et leur son devient un divertissement et un passe-temps. Dans bien de vos paroles, la pensée est à moitié massacrée. Car la pensée est un oiseau de l’espace, qui dans une cage de mots peut certes déplier ses ailes, mais ne peut voler. Il y a ceux parmi vous qui recherchent le bavard de peur d’être seul. Le silence de la solitude révèle à leurs yeux leur moi dans sa nudité et ils voudraient s’enfuir. Lire la suite…

Chacun de nous est un porteur d’Unité dans la diversité du monde, un outil au service de la Vie. Notre mission existentielle est de tout mettre en œuvre pour employer les capacités physiques, mentales et créatrices dont la Vie nous a dotés pour faire régner l’Unité, la vérité, la beauté et la paix, en soi et dans le monde.

— Par VIVRE LIBRE – Extrait du texte 3 « Tout est Un » – Le sens de l’existence

PROJET : LES ANIMAUX DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU » AU FIL DES SAISONS

En classe de maternelle, afin de maintenir éveillé l’intérêt pour l’histoire tout au long de l’année, il est intéressant, en arts plastiques, d’imaginer l’environnement de chaque animal selon la saison traversée. Voici quelques exemples :

L’automne

Sur une feuille Canson, commencer par tracer au pinceau un cadre avec de l’encre grise. Puis dessiner à l’intérieur un arbre aux pastels, et Madame Écureuil. Pour colorer le fond, passer d’abord de l’eau avec un pinceau, puis des encres aux couleurs vives. Coller ensuite divers éléments illustrant l’automne : feuilles sèches, glands, faines de hêtre, papier de soie déchiré, écorces, etc. Ajouter, en relief, collé sur une rondelle de liège, Professeur Hibou découpé et colorié. Lire la suite…

DISCIPLINE DE LA LIBERTÉ

par Maria Montessori

Voici un autre principe difficilement compris par les partisans de l’école ordinaire. Comment obtenir la discipline dans une classe d’enfants libres ?

Certainement, dans notre système, nous avons une conception différente de la discipline. Si la discipline est fondée sur la liberté, elle doit nécessairement être active. Il n’est pas dit qu’un individu soit discipliné, seulement lorsqu’il est devenu artificiellement silencieux comme un muet, et immobile comme un paralytique. Celui-là est un individu anéanti mais non discipliné.

Nous appelons discipliné un individu qui est maitre de lui-même et qui peut, par conséquent, disposer de lui là où il faut suivre une règle de vie. Lire la suite…

À L’AUBE D’UNE NOUVELLE CIVILISATION : LA RÉVOLUTION DE LA PENSÉE

par Corinne Viggiano

L’intensification des mouvements sociaux à l’échelle de la planète nous renvoie au désarroi d’une grande partie des peuples face à des conditions de vie de plus en plus difficiles dont les causes sont liées et se génèrent mutuellement.

C’est parce que notre système économique est fondé sur le pouvoir de l’argent et de la spéculation indépendamment de toute frontière que les systèmes politiques nationaux dépendants des flux monétaires mondiaux n’ont plus de pouvoir réel de décision, et c’est pour cette raison que les peuples sont menés comme du bétail pour entretenir une économie fictive qui profite aux uns en enlevant le pain de la bouche des autres. Lire la suite…

QUAND LA VÉRITÉ N’EST PAS LIBRE, LA LIBERTÉ N’EST PAS VRAIE.

– Jacques Prévert, poète français, 1900-1977

COHÉRENCE CARDIAQUE

Nouvelles lumières sur l’intuition

Par Mireille Rosselet-Capt *

Et si le cerveau percevait moins bien et moins vite que le cœur ? Et si cela était désormais prouvé ? Et si la perception intuitive s’apprêtait à prendre le pas sur l’approche purement cognitive ? Plongée dons un monde à portée de la main qui bouleverse nos repères.

Il y a des modes en matière d’explication scientifique, et si notre époque privilégie l’acteur « cerveau », lui donnant même la prédominance absolue, il n’en fut pas toujours ainsi. Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, c’était le cœur qui prédominait – non pas tant l’organe (Kardia) que la disposition à « avoir du cœur » (thymos), qui régissait les élans affectifs, la générosité et la noblesse. De nos jours, on demanderait plutôt à nos héros « Rodrigue, as-tu du cerveau ?» – ce cerveau qui, pour Hippocrate encore, n’était qu’un viscère, certes indispensable, mais qui ne faisait, après tout, que sécréter de la pensée comme d’autres font de la bile ou de la lymphe… Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PARENTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Mère d’Éric, 4 ans

Cette histoire a vraiment eu un impact sur le comportement de mon fils. Il a très bien compris la morale de cette histoire et l’applique au quotidien.

À l’école, pendant la récréation, les copains de mon fils ont pris à partie un petit garçon et l’ont frappé à coup de pieds, violemment. En rentrant de l’école, je lui ai demandé de m’expliquer ce qui s’est passé ; il m’a répondu que lui n’avait pas frappé le petit garçon car son cœur lui avait dit que ce n’était pas bien et que ses copains n’avaient pas écouté leur cœur. Lire la suite…

La situation actuelle du monde appelle un changement total et radical d’état de conscience et de mentalité ; il exige une révolution, qui ne sera ni violente ni sanglante, une révolution de la pensée.

— Par VIVRE LIBRE – Extrait du texte 2. « Soyons réalistes » – Le sens de l’existence

L’ÉDUCATION NE CONSISTE PAS À APPRENDRE DANS DES LIVRES

Par Krishnamurti

Voyez-vous, vous vivez dans une des plus belles vallées que j’aie jamais vue. Il s’y attache une atmosphère particulière. Avez-vous remarqué, surtout au crépuscule et aussi au point du jour, une certaine qualité de silence qui pénètre, qui imprègne toute la vallée ? Je crois qu’il y a autour de nous des collines parmi les plus anciennes du monde et l’homme ne les a pas encore abîmées. Partout où l’on va, dans les villes et ailleurs, l’homme détruit la nature, abat les arbres pour construire de plus en plus de maisons, polluant l’air avec ses automobiles et ses industries ; il détruit les animaux – comme le tigre qui a presque disparu. Il détruit tout parce qu’il naît de plus en plus d’enfants et qu’ils ont besoin de plus en plus d’espace. L’homme répand graduellement la destruction dans le monde entier. Quand on arrive dans une vallée comme celle-ci – où la population est peu nombreuse, où la nature n’est pas profanée, où règnent le silence, le calme, la beauté – on en est tout étonné. Chaque fois que l’on vient ici, on ressent l’étrange particularité de cette terre, mais il est probable que vous vous y êtes habitués. Lire la suite…

STOP À LA CONFUSION ENTRE L’ÉGALITARISME ET L’ÉGALITÉ !

Par Nicole Duprat, Professeur des écoles à la retraite.

 « Ce que l’Amour peut faire, l’Amour ose l’accomplir » – Shakespeare

Les sociétés éprises d’égalité attisent souvent une confusion avec l’égalitarisme menant à des logiques de division, de rivalité, de jalousies sociales, de paupérisation et donnent naissance au relativisme alors que toutes les opinions ne se valent pas. L’idée que toutes les opinions sont respectables et se valent détruit l’échelle des valeurs. Certaines ont des qualités que d’autres n’ont pas. Le relativisme est une dictature qui en prenant le prétexte du « respect des différences » homogénéise tout par la transgression et la démagogie. Si tout se vaut rien ne vaut. Lire la suite…

L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ DEVIENT DE PLUS EN PLUS UNE COURSE ENTRE L’ÉDUCATION ET LA CATASTROPHE.

– Herbert George Wells, écrivain, 1866-1946

MOTS D’ENFANTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Jullian, 7 ans

La leçon de Professeur Hibou m’a beaucoup aidé à pardonner, à être plus calme, à ne plus faire de bêtises et à écouter mon cœur. À l’école je suis plus sage en classe, plus heureux, plus calme. Avec mes amis je les aide, je les console. Cela m’a appris plein de choses que je ne faisais pas avant. Lire la suite…

LE SAVOIR DU CŒUR

Par C.G. Jung.

Le savoir du cœur ne se trouve dans aucun livre et dans la bouche d’aucun professeur, mais il grandit en toi comme la graine verte sort de la terre noire. Lire la suite…

Pour vivre en harmonie avec l’ensemble du manifesté, visible et invisible, dont la terre et chacun de nous est une partie intégrante, l’être humain doit s’éveiller à l’Intelligence du cœur – à la voix intuitive de la Conscience – et ce, dès le plus jeune âge. C’est l’unique moyen, inscrit naturellement dans la condition humaine, qui permet d’instaurer sur terre la paix et la démocratie véritable, dans le respect total de la liberté et de la dignité de tous.

Par VIVRE LIBRE – Extrait de l’avant-propos – Le sens de l’existence

JEAN-MICHEL BESNIER : « CE N’EST PAS RÉACTIONNAIRE… »

… que d’aborder l’amélioration qui prétend résulter des NBIC comme la traduction d’un parti pris (idéologique, politique, industriel, civilisationnel…) sur le format que l’on voudrait imposer à l’humain – un parti pris en tant que tel discutable. »

par l’AFCIA Association Française Contre l’Intelligence Artificielle Lire la suite…