8. LA FORCE SUPRÊME DE L’AMOUR

À l’image du soleil unique qui, depuis le début des temps, anime et éclaire le monde physique, la Force métaphysique suprême de l’Amour anime et illumine l’ensemble de la manifestation cosmique.

Cette Force spirituelle dominante est source de Vie, de Conscience et d’Intelligence, et meut dans une Unité harmonieuse le Tout dans sa grande diversité, de l’infiniment grand à l’infiniment petit.

L’Amour suprême transcende l’espace et le temps ; il est au-delà de toute dualité, de tout sentiment et raisonnement, et échappe à jamais à la compréhension humaine.

Cette Force cosmique primordiale est présente, sous une forme ou une autre, dans tout ce qui existe. Elle est la cause première et occulte de la relation, de l’interaction et de la complémentarité entre les êtres et les choses, et donne à toute manifestation son sens d’être et son utilité.

DANS L’UNIVERS, OÙ TOUT EST RELIÉ ET INTERDÉPENDANT,
TOUT EST MÛ PAR LA FORCE SUPRÊME DE L’AMOUR.

L’amour tel qu’il est vécu par l’Homme est, dans l’âme et la conscience humaine, l’écho de l’Amour suprême qui s’impose comme une Force venue d’ailleurs. L’Amour nous fascine, nous domine et engendre en chacun de nous l’aspiration à l’Unité et à la paix, à l’harmonie et à la beauté, à la vérité et à la justice.

Aimer c’est être Un avec le Tout. C’est accepter les êtres et les choses tels qu’ils sont, avec leurs forces et leurs faiblesses, en commençant par s’accepter soi-même ; c’est réaliser sa propre Unité intérieure en mariant son Moi au Soi, sa personnalité terrestre à l’identité réelle, impersonnelle, commune à tous les Hommes.

PAR ESSENCE ET NAISSANCE, L’HOMME EST PORTEUR D’AMOUR
ET D’UNITÉ DANS LA DIVERSITÉ DU MONDE.

Mais ce que l’on appelle communément amour n’est souvent que séduction, convoitise, soif d’aventures sensuelles et passionnelles ; plaisirs bien éphémères qui, la plupart du temps, cachent un désir de pouvoir personnel, une volonté de posséder et de dominer… et finissent dans l’insatisfaction et la désillusion.

L’Homme, doté de conscience de soi, connait le désir qui est l’aspiration à la plénitude. Tout désir est légitime lorsqu’il est en accord avec la conscience, et qu’il répond donc à un besoin évolutif, à une nécessité. La satisfaction des désirs légitimes, par les prises de conscience qu’elle apporte, nous fait évoluer en conscience, grandir en sagesse et en humanité.

L’amour véritable s’oppose à la recherche de pouvoir personnel ; l’amour est don. Il est multiple dans ses expressions et commence par l’amour-besoin de l’enfant pour sa mère. Il évolue de l’amour personnel intéressé – sentiment amoureux, amour de l’art, du savoir, etc. – à l’amour impersonnel et désintéressé qui nous ouvre à l’altruisme et à la solidarité, nous fait prendre conscience de l’importance du bien commun et nous éveille parfois à l’amour-compassion qui appelle au don total de soi.

De même que la fenêtre n’éclaire pas la pièce, mais est un intermédiaire transparent qui laisse passer la lumière du soleil, de même l’Homme n’aime pas par lui-même, mais a la fonction existentielle d’être un canal, un intermédiaire impersonnel et désintéressé, à travers lequel l’Amour se manifeste.

La mission universelle de l’Homme est d’être co-créateur de la Vie en étant éveillé à la voix intuitive de sa conscience – à l’Intelligence du cœur – qui est celle de l’Amour et de l’Unité du Tout en chacun de nous.

C’EST EN VIVANT AVEC AMOUR QUE L’HOMME
MARIE ESPRIT ET MATIÈRE, CIEL ET TERRE, CŒUR ET RAISON,

AFIN QUE TOUTES CHOSES SOIENT UNE.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 26 mars 2016.

Télécharger cet article au format PDF

3. TOUT EST UN

Tout ce qui existe a son origine dans une source unique. De même que les morceaux d’un puzzle trouvent leur sens d’être et leur complémentarité grâce à l’image originelle dont ils sont issus, de même le sens d’être et la complémentarité de toute chose manifestée, de tout ce qui existe, trouve son origine dans une source mystérieuse, inconcevable par l’esprit humain.

Dans le contexte unitaire de la Vie, tout est Un, complémentaire et interdépendant, car issu d’une source unique.

LE PRINCIPE D’UNITÉ DOMINE ET ORDONNE LA DIVERSITÉ.

L’Homme moderne, enivré par son savoir et aveuglé par son égocentrisme, se prend pour le centre de l’univers. Dans son orgueil sans limites, il veut tout maîtriser et il n’est plus capable de reconnaitre qu’une Force spirituelle suprême – l’Amour – anime l’ensemble de la manifestation.

Refusant tout ce qui échappe à son mental spéculatif, il s’est coupé de la source mystérieuse de la réalité dont il fait partie et ignore que tout est Un, complémentaire et interdépendant. C’est ainsi qu’il a créé le déséquilibre en lui-même et a déshumanisé le monde.

Nous sommes des enfants de la Vie. Le regard du tout jeune enfant nous révèle la profondeur de l’Esprit de Vie qui l’habite. Dès son premier respir, l’enfant baigne dans un état de conscience unitaire, global et impersonnel, avant de prendre conscience de lui-même et du monde qui l’entoure.

Ce plan originel de la conscience dans lequel nous sommes tous nés – le Soi – est notre identité réelle et commune, qui nous enracine dans la Vie, nous fait participer à l’Unité du Tout. C’est à partir de ce plan unitaire et impersonnel que s’éveille, vers l’âge de 3-4 ans, notre conscience personnelle – le Moi – qui nous rend opérationnels dans le monde, chacun selon ses dons, ses aspirations et ses capacités propres.

NOUS SOMMES TOUS UN AU DEDANS
ET TOUS UNIQUES AU DEHORS.

Chacun de nous est un porteur d’Unité dans la diversité du monde, un outil au service de la Vie. Notre mission existentielle est de tout mettre en œuvre pour employer les capacités physiques, mentales et créatrices dont la Vie nous a dotés pour faire régner l’Unité, la vérité, la beauté et la paix, en soi et dans le monde.

On comprendra aisément que toute forme de division et d’égoïsme, toute volonté de puissance et de domination, est en contradiction avec la solidarité universelle qui, tout naturellement, devrait régner sur terre.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, Montréal, 19 octobre 2015.

Télécharger cet article au format PDF