LES SUICIDES FRANÇAIS

par Philippe Bilger

J’espère qu’Éric Zemmour me pardonnera de reprendre son célèbre titre mais au pluriel. Quand j’ai lu que le suicide, en 2012, a causé la mort de 9 715 personnes en France métropolitaine, soit près de 27 décès par jour, loin devant la mortalité routière qui s’est élevée à 3 426 victimes, j’ai été frappé de saisissement. Je n’imaginais pas de telles statistiques comme si, absurdement, la tragédie singulière du suicide ne pouvait pas susciter une globalité aussi effrayante, une mécanique de « suicides à la chaîne« .

27 suicides par jour… 27 désespoirs… J’ai honte mais j’avoue. J’éprouve une passion trouble pour la compréhension et l’explication de ces moments fatals, à l’égard de ces personnalités et psychologies qui, loin de théoriser sur la mort et la finitude mais souvent en pleine santé vitale, ont mis à exécution, en un trait de temps vertigineusement rapide ou après une mélancolie de longue haleine, le pire à leur encontre. Il est impossible de prétendre appréhender, dans leur bouleversante diversité, ces décisions de mourir mais il me semble cependant qu’à trop gros traits, on peut au moins distinguer les suicides de détresse professionnelle, sociale et économique et les suicides en quelque sorte métaphysiques, les suicides sombrement pragmatiques d’un côté et les suicides de défi ou de résistance face à une condition humaine absurde. Lire la suite…