ÉVEIL

Par Patrick Vigneau.

Tant et tant de choses se répètent, et l’on n’ose même plus leur remise en question. Le drame de l’humain c’est sa capacité à s’endormir.

La paix est souvent comprise comme la période entre deux guerres. L’histoire humaine est ainsi enseignée, et la guerre devient une fatalité, une malchance qui nous tombe dessus.

Peut-être est-il temps de comprendre que la guerre tout comme la paix viennent de l’intérieur.

La paix n’est pas dans un lointain avenir quand les gouvernements auront désarmé. Car lorsque les individus auront désarmé dans leur cœur, les armes n’auront plus de sens. C’est pourquoi il faut commencer soi-même par éveiller la paix dans sa conscience. Lire la suite…

10. LA JUSTICE

Dans la vie, tout se meut, se transforme et évolue en permanence, animé par la Force suprême de l’Amour qui garantit l’Unité et l’équilibre du Tout. À chaque instant, dans l’univers entier, la loi de l’Équilibre s’accomplit et devient sur terre fondement d’équilibre et de Justice.

Ainsi, tout ce que la Vie fait advenir doit être accepté comme étant juste, même si les raisons nous échappent. Le contexte social dans lequel nous sommes nés, les forces et les faiblesses dont nous sommes dotés et tout ce qui arrive dans notre existence – plaisant ou déplaisant –, sont la manifestation de l’Équilibre universel, l’expression d’une nécessité.

Rien n’est le fruit du hasard. Les évènements qui s’inscrivent sur notre chemin existentiel et dont nous ignorons les raisons d’être ont toujours une cause, même si elle remonte loin dans le temps ou reste inexpliquée à jamais. Comme tout ce qui advient, le « hasard » est la manifestation de la loi de l’Équilibre universel.

LA PLEINE ACCEPTATION DE CE QUE NOUS APPORTE LA VIE
NOUS FAIT ÊTRE UN AVEC LE TOUT.

Toute attitude de refus ou de révolte face à ce que la Vie nous impose nous coupe de l’évolution harmonieuse du Tout. Mais accepter n’est pas se résigner ; l’acceptation nous permet d’avoir des prises de conscience et nous amène souvent à revoir nos façons de penser et d’agir.

L’Homme moderne, trop souvent égocentrique et préoccupé par son Moi, ignore les besoins profonds de son âme et fuit toute forme d’épreuve et d’adversité ; il considère comme étant juste uniquement ce qui lui est agréable et convient à ses intérêts égoïstes.

TOUT CE QUI NOUS ARRIVE NOUS EST NÉCESSAIRE ET EST UN MOYEN POUR ÉVOLUER,
POUR GRANDIR EN SAGESSE ET EN HUMANITÉ.

À la différence des règnes minéral, végétal et animal qui sont régis par les lois naturelles et l’instinct, l’Homme, porteur de la dimension sacrée, unitaire et impersonnelle de la conscience, est doté de raison et de libre arbitre. Il est libre dans sa pensée et dans ses intentions, donc pleinement responsable de ses actes et de leurs conséquences.

Tout ce que l’Homme pense et fait doit être en harmonie avec l’Unité du Tout. Sinon, tôt ou tard, la loi de l’Équilibre universel lui fera subir le choc en retour de ses actes inconscients, injustes ou malveillants.

LE MONDE EST CE QUE L’HOMME EN FAIT.

L’âme humaine, par nature, aspire à la vérité et à la justice. Toute société a besoin d’un système judiciaire dont les lois sont justes et légitimes, c’est-à-dire en accord avec l’Ordre universel. Trop souvent on estime que ce qui est légal est forcément légitime…

La justice humaine a la fonction, d’une part, de garantir la liberté individuelle – afin que chacun puisse accomplir son destin dans la dignité, au service du bien commun – et, d’autre part, de préserver la sécurité individuelle et la paix sociale en punissant les crimes et les délits, et en responsabilisant les délinquants.

PAS DE PAIX SANS JUSTICE ET PAS DE JUSTICE SANS RESPONSABILITÉ.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 4 juin 2016.

Télécharger cet article au format PDF