L’ÉGOÏSME : PIERRE D’ANGLE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL

par Jan Van Rijkenborgh

L’égoïsme est l’impulsion originelle de la nature de l’être humain à des degrés divers. La société mondialisée est l’expression de l’égoïsme des masses, puisqu’elle n’est orientée que par des désirs de possession matérielle et une phobie sécuritaire extrême. Exposé d’une tare fondamentale, à l’origine de la folie moderne de l’unité mondiale artificielle et toutes ses dérives totalitaires.

La forme la plus forte et la plus cristallisée de l’égoïsme est celle de l’homme égocentrique endurci, qui ne considère, du berceau à la tombe, que son moi et son propre intérêt ; donc n’ayant aucun attachement sentimental ni familial, de quelque nature que ce soit, comme de l’affection pour sa mère ou une bonne entente avec son conjoint ou un enfant. Cette forme d’égoïsme excluant tout le relègue à l’état sous-animal, car dans le règne animal on observe qu’un lien, quoique passager, unit mère et enfants, et que des animaux peuvent même se sacrifier pour protéger la vie de leurs petits.

C’est pourquoi, à notre époque, nous ne connaissons cette forme d’égoïsme que dans une expression psychique dégénérative, c’est-à-dire chez ceux qui, psychiquement perturbés, sacrifient tout à leur cupidité et à leur luxure sous-animales. Notez que cette forme d’égoïsme grandit très vite à notre époque dans tous les pays et chez tous les peuples. Cela démontre que l’humanité s’abaisse rapidement au-dessous du niveau qualifié d’humain, ce qui nous avertit clairement d’une fin prochaine. Lire la suite…