7. LA DIGNITÉ POUR TOUS

Seul un nouveau paradigme, une nouvelle façon de voir le monde et de comprendre le sens de l’existence, permettra de construire le Monde Nouveau. Mais cela exige une rupture totale avec les modes de pensée et les valeurs qui ont régi le monde jusqu’à ce jour ; monde décadent et sans Amour qui s’autodétruit par la recherche effrénée de pouvoir en tout domaine et à tout niveau.

Les théories élaborées par l’esprit humain qui ignorent le fondement sacré de la conscience sont irréalistes et destructrices. Toutes les approches qui conçoivent l’Homme comme un être domesticable, dépourvu d’intériorité, d’âme et d’individualité, et qui ne reconnaissent pas son besoin fondamental de liberté et d’autonomie, sont une offense à la Vie et à la dignité humaine.

LA DIGNITÉ EST UNE QUALITÉ D’ÂME INHÉRENTE À L’ÉTAT D’HOMME.

La dignité concerne chaque être humain quels que soient son origine, son genre, son âge, son niveau d’érudition ou d’évolution. Chaque Homme doit être un représentant à part entière de l’humanité-Une, unie en conscience, laquelle est la manifestation de l’Esprit de Vie éternel dans le monde temporel.

Mais seul l’éveil à notre identité réelle et commune – le Soi – nous éclaire sur le vrai sens de la dignité, qui n’a rien à voir avec l’amour-propre.

La dignité se manifeste par notre soumission au Soi, au plan universel de la conscience qui nous enracine dans la Vie et nous fait participer à l’Unité du Tout, alors que l’amour-propre exprime notre attachement au Moi, se nourrit de nos désirs personnels, du qu’en dira-t-on et de tout ce qui flatte notre personne.

ON CROÎT EN DIGNITÉ DANS LA MESURE OÙ L’ON MEURT À L’AMOUR-PROPRE.

La dignité ne dépend ni de valeurs ni de conditions extérieures. On peut être digne sans posséder les gadgets dernier cri ou un compte bancaire bien garni. On peut vivre dignement dans l’inconfort, en ayant une maladie grave ou un handicap.

La dignité nous rend humbles et nous procure la force d’âme pour accepter, traverser et sublimer les adversités que la Vie met sur notre chemin.

L’Homme digne aime la vérité au-delà de lui-même ; il obéit à la voix de sa conscience plutôt qu’à ses intérêts et ses désirs égoïstes. Il est libre dans sa pensée et respecte la liberté des autres. Il refuse, voire combat, tout ce que la société chercherait à imposer qu’il ne ressent pas comme étant juste.

L’HOMME DIGNE NE RENONCE JAMAIS À SA LIBERTÉ,
IL LA DÉFEND MÊME AU PRIX DE SA VIE.

Le changement de paradigme qui doit voir le jour implique un changement radical d’état de conscience pour l’humanité entière.

La naissance d’un monde où règnent la liberté et la paix exige une nouvelle éducation pour tous. Une éducation qui éveille les enfants, dès le plus jeune âge, à la voix de la conscience, la voix du cœur ; une éducation respectueuse de la liberté de conscience et des particularités de chacun, qui forge des individus dignes, spirituellement autonomes, individuellement et collectivement responsables.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 25 février 2016.

Télécharger cet article au format PDF

DISCOURS DE LA SERVITUDE VOLONTAIRE (EXTRAIT)

par Etienne de la Boétie, Ecrivain français (1530-1563)

Rédigé par l’auteur à l’âge de 18 ans ! La puissance subversive de la thèse développée dans le Discours ne s’est jamais démentie. Cette thèse résonne encore aujourd’hui dans la réflexion libertaire sur le principe d’autorité. Le jeune humaniste sarladais recherchait une explication à l’étonnant et tragique succès que connaissaient les tyrannies de son époque. S’écartant de la voie traditionnelle, La Boétie porte son attention non sur les tyrans mais sur les sujets privés de leur liberté. Et il pose une question troublante : comment peut-il se faire que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ? ». Si pour éviter la censure, les exemples sont tirés de l’Antiquité, la réflexion porte bien sur son époque, dans un pays où le poids du pouvoir monarchique se renforce.

« …Ils sont vraiment extraordinaires, les récits de la vaillance que la liberté met au coeur de ceux qui la défendent ! Mais ce qui arrive, partout et tous les jours : qu’un homme seul en opprime cent mille et les prive de leur liberté, qui pourrait le croire, s’il ne faisait que l’entendre et non le voir ? Et si cela n’arrivait que dans des pays étrangers, des terres lointaines et qu’on vînt nous le raconter, qui ne croirait ce récit purement inventé ? Lire la suite…