SEPT TÂCHES À ACCOMPLIR POUR LE BIEN COMMUN (1/2)

par l’Institut pour une Synthèse Planétaire.

Dans le processus de spiritualisation à l’intérieur et à l’extérieur des Nations-Unies par la pratique du respect et de la gratitude mutuelle, de l’inclusivité et de la non-discrimination dans la vie quotidienne.

VERS UNE NOUVELLE CONSCIENCE, UN NOUVEL ÊTRE HUMAIN, UN NOUVEAU MONDE

Fondé sur la justice pour tous et sur les droits de l’homme protégés par un droit international exécutable

Ces pensées au sujet de sept parmi les nombreuses tâches auxquelles l’humanité doit faire face sur la voie d’une culture mondiale et d’une civilisation plus en harmonie avec les lois universelles découlent de notre travail aux Nations Unies à Genève. Celui-ci nous met en contact avec les nombreux efforts faits par des groupes divers et des organisations pour aider à résoudre les problèmes du monde d’aujourd’hui, et avec les obstacles qui les empêchent d’être résolus. Ce choix de sept tâches n’implique pas que ce soient les seules, ou que ce soient les plus importantes. Nettoyer l’environnement, changer notre attitude envers la santé et les méthodes de guérison, faire avancer la science au-delà du pur matérialisme : tout cela peut paraître aussi important que ces sept tâches. De notre point de vue, cependant, ces sept tâches sont exemplaires du travail qui doit être accompli aujourd’hui pour établir de justes relations humaines au sein de la famille humaine. Nous offrons nos réflexions sur le sujet avec l’espoir qu’elles puissent aider à clarifier quelques-unes des causes sous-jacentes aux problèmes du monde et qu’elles soient utiles à tous ceux qui, autour du monde, travaillent pour les soulager.

Transformer l’ÉTIQUETAGE en justes relations humaines et en humanité.

Dans presque toutes les instances sociales d’aujourd’hui nous pouvons observer l’étiquetage des gens en tant que chrétiens, juifs, musulmans, catholiques, communistes, démocrates, américains, européens, asiatiques, etc. Il existe une tendance répandue à se voir au travers de ces étiquettes, et ainsi de se voir différents des autres, oubliant que nous sommes premièrement des êtres humains affrontant les mêmes tâches et les mêmes problèmes dans nos familles, dans notre santé, sur notre lieu de travail et dans nos différents groupes religieux et partis politiques.

Aussi longtemps que les êtres humains continueront à s’étiqueter, ils comprendront cet étiquetage comme un moyen de gagner un statut particulier dans la vie, ceci nourrissant l’esprit de compétition, un sentiment de supériorité et un comportement d’exclusivité, c’est-à-dire une attitude de séparativité. Tous ces aspects de fascination et d’illusion ont un fort impact dans notre société mondiale d’aujourd’hui et créent beaucoup de problèmes. Certains groupes, surtout des groupes d’intellectuels, pensent souvent qu’ils sont meilleurs que d’autres parce qu’ils ont une meilleure éducation universitaire et intellectuelle, qu’ils savent mieux de quoi les autres ont besoin, oubliant que la simplicité est un aspect très essentiel pour une compréhension plus profonde et le développement spirituel.

Toutes ces tendances séparatives, compliquées par une injustice rampante, empêchent le développement mondial des justes relations humaines. Nos cultures et styles de vie différents sont notre richesse commune, nous pouvons apprendre les uns des autres et nous enrichir dans notre lutte pour le bien commun dans un esprit de gratitude mutuelle et de respect mutuel pour tous. Nos différentes approches de ce que nous appelons vérité ou bonheur ne devraient jamais être une cause de combats ou de guerres.

Nous devons simplement accepter que nous sommes tous avant tout des ÊTRES HUMAINS ayant des besoins et des aspirations communs, et qu’un monde meilleur peut seulement se développer si nous pratiquons une coopération constructive dans toutes les circonstances de la vie, si nous apprenons à apprécier nos différences d’approche vers un standard de vie plus élevé, si nous oublions totalement l’esprit de compétition et nous aidons mutuellement afin d’atteindre nos buts individuels et collectifs pour le bien commun. Il est en notre pouvoir de créer une nouvelle civilisation mondiale et une nouvelle culture mondiale de la paix en partageant nos connaissances et nos ressources pour le développement social et spirituel de TOUS. La mise en pratique de la formule « Tous pour un, et un pour tous » est la clé qui pourrait garantir le bien commun, le bien-être et le bonheur dans le monde entier.

Transformer le SYSTÈME MONÉTAIRE en un instrument mondial humain et équitable

A l’origine, l’argent était un moyen neutre d’échange de biens et de services. L’argent lui-même est une énergie neutre, et c’est pourquoi il peut être échangé contre des biens et des services. Il devrait circuler librement vers tout endroit où sa présence est nécessaire pour un échange. C’était et c’est toujours le pur concept fondamental de ce qu’est l’argent. N’a besoin de circuler que la quantité d’argent nécessaire pour l’échange de biens et de services produits par les humains et la nature.

La conversion de l’argent en un « produit » en soi qui peut être échangé sur les marchés des capitaux, et le système des taux d’intérêts ont amené à une mauvaise utilisation de ce qui était un moyen d’échange juste et neutre. Ceci est la racine des problèmes économiques mondiaux comme la spéculation, la corruption et les guerres, ainsi que de l’inflation, du chômage et de la pauvreté pour des millions d’humains sur notre planète. Avec le système corrompu des taux d’intérêts, les riches ‘fabriquent’ de l’argent avec de l’argent au lieu de gagner de l’argent en fournissant des biens et des services. Ils ne travaillent pas dans l’intérêt d’un système social juste, ils ne « travaillent » que pour eux-mêmes et créent pour des millions de gens de par le monde, une pauvreté et une misère artificielles, en dépit de la richesse de nos ressources planétaires. Avec leurs investissements faits uniquement dans leur propre intérêt, ils déterminent et contrôlent quelles industries doivent croître et quels genres de travail les gens feront, qu’ils aiment ou non leur travail et que celui-ci contribue ou non à la création d’un système social équitable. Ainsi nous sommes soumis aux décisions d’un petit groupe de personnes qui contrôlent dans leur propre intérêt un système monétaire mondial corrompu. Les meilleurs exemples de ce genre de décisions sont les guerres déclarées pour gagner l’accès et le contrôle des ressources mondiales dans d’autres pays.

Les entreprises coopératives, la terre pour tous et la libre circulation de l’argent, et non pas le processus actuel de « privatisation », fourniront une infrastructure de justice et de sécurité dans laquelle les gens peuvent travailler et se développer de façon saine. La spéculation est un « revenu » sans labeur – qui n’assume pas sa part de responsabilité pour créer un système monétaire juste et une structure mondiale équitable qui soutiennent la dignité humaine. De nombreux groupes travaillent dur aujourd’hui pour aider les gens à ouvrir les yeux sur cette forme d’esclavage qui leur est imposée, et pour diffuser de l’information sur un système monétaire propre et libre. Les médias pourraient jouer un rôle important dans cette tâche urgente.

Récrire la véritable HISTOIRE des nations

Honoré de Balzac l’a exprimé par ces paroles caustiques : « Il y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse,… puis l’histoire secrète où sont les véritables causes des événements, l’histoire honteuse. »

Jusqu’à présent, l’Histoire était écrite ou dictée à peu près dans tous les pays par les vainqueurs des conflits et des guerres. Les perdants étaient toujours les « méchants » et les gagnants toujours les « bons ». Les perdants n’étaient pas entendus. Des historiens très respectés sur le plan international ont souvent été jetés en prison pour avoir osé écrire l’Histoire de leur propre pays telle qu’ils l’avaient vécue. N’est-il pas temps pour toutes les nations d’admettre ouvertement leurs erreurs passées et ce faisant d’éliminer l’irritation causée par leur attitude de supériorité et d’accusation.

L’Histoire a donc besoin d’être récrite, pour que les générations présentes et futures voient clairement et comprennent correctement ce qui s’est réellement passé. Ils Elles seront alors capables de construire sur un terrain commun de justes relations humaines basées sur les valeurs éternelles que sont l’amour de la vérité, le respect mutuel, la gratitude mutuelle, la responsabilité personnelle, la coopération constructive et la justice. Les dirigeants futurs de l’humanité seront caractérisés par la noblesse de leurs efforts, leur humanité et leur intégrité et non par leurs préoccupations de puissance militaire.

Voici un bon exemple de l’Histoire récente. Quand Mikhail Gorbachev est arrivé au pouvoir en 1986, dans l’ex-URSS, l’une de ses premières actions pour le bien commun a été d’inviter les 50 meilleurs historiens de Russie à récrire l’Histoire du pays de façon correcte et véridique . Des détails très intéressants furent mis en lumière et l’Allemagne a été libérée de la charge de plusieurs crimes qui avaient en fait été commis pas les forces Russes.

La réhabilitation de tous les pays joue un rôle vital pour un futur commun de paix et de dignité basé sur le respect mutuel et la vérité universelle. Dans la culture et la civilisation du nouveau monde, nous ne pourrons vivre en harmonie que si la justice et le respect de la loi sont le terrain commun pour les négociations et pour de bonnes relations humaines harmonieuses. La justice doit être la plateforme sur laquelle seront construits un nouveau paradis et une nouvelle Terre. Nous devons commencer MAINTENANT -toutes les personnes possédant un certain bon sens sont invités à devenir des constructeurs de ponts vers l’âge du Verseau des justes relations humaines basées sur un sens de la justice, de l’universalité et de l’unité illuminée.

(À suivre…)

Notes : L’Institut pour une Synthèse Planétaire est une ONG avec statut consultatif auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies (ECOSOC). Il a été fondé en 1981 à Genève. Il vise à réveiller la conscience des valeurs spirituelles dans la vie quotidienne et à promouvoir la conscience planétaire qui mène à une citoyenneté planétaire fondée sur des valeurs spirituelles : l’amour de la vérité, la responsabilité personnelle, le sens de la justice, la coopération constructive et le service désintéressé du plus grand tout.

Source : http://www.ipsgeneva.com

Télécharger cet article au format PDF

Catégories : ARTICLES