POURQUOI FAUT-IL ÉCOUTER PLUS LOIN QUE NOS OPINIONS

Par Gilles Farcet.

Mon opinion ou ton opinion ?

L’écologie intérieure doit, elle aussi, se préoccuper des facteurs de pollution, les identifier et tenter d’en réduire les émissions. Parmi les polluants divers qui agissent sur notre climat interne, il y a… nos opinions, ou plutôt la relation passionnelle que nous entretenons la plupart du temps avec elles. Lire la suite…

NOTRE EXISTENCE A-T-ELLE UN SENS ?

Préface de Trinh Xuan Thuan

(Extrait)

Depuis les temps les plus reculés, et à travers toutes les cultures, l’homme a essayé de conjurer son angoisse des espaces infinis en organisant les fragments d’information sur le monde extérieur en un schéma unifié et cohérent. Les univers se sont ainsi succédé et la représentation du cosmos a pris des formes diverses à travers le temps et l’histoire. Il y a quelques dizaines de milliers d’années, l’homme vivait dans un univers magique peuplé d’esprits : l’esprit Soleil pendant le jour, les esprits Lune et étoiles pendant la nuit, l’esprit pierre contre lequel on butait et auquel on demandait pardon, l’esprit rivière qui coulait à flots, bref un univers réconfortant et familier, à la mesure de l’homme. Lire la suite…

BERNAYS OU LA MANIPULATION DES ESPRITS

Par Michel LEBLANC.

La période des « fêtes de fin d’année » qui n’ont plus rien à voir avec celle de Noël puisqu’il s’agit très ouvertement des fêtes de la consommation la plus débridée, sans rapport avec la fête religieuse, amène à se pencher sur l’espèce de décervellement orwellien que subissent nos contemporains. Comment, en effet, ne pas constater que les mots utilisés aujourd’hui affirment des concepts contraires à leur sens primitifs. Voilà des années que l’on nous répète que le temps individuel est « libéré » que chacun peut faire tout ce qui lui plaît. Seulement on oublie de préciser que le choix, le goût, l’envie de ces prétendues « libertés » sont très largement orientés. Lire la suite…

18. LA VÉRITABLE DÉMOCRATIE

La démocratie que le Monde attend est la démocratie directe ; seule organisation sociale qui permet de réinstaurer le lien entre le pouvoir temporel des Hommes et l’Autorité spirituelle de la Vie.

Dans la véritable démocratie, où le pouvoir appartient au peuple, tout est mis en œuvre pour que l’individu s’accomplisse sur terre en remplissant sa mission existentielle, universelle : faire régner l’Unité et l’Amour en soi et dans le monde.

L’individu est la base de la société. Lui seul est porteur du plan unitaire, sacré, de la Conscience, lequel permet de réunir les Hommes au-delà de leurs différences, dans le total respect de leur liberté et de leur unicité.

L’UNIQUE SENS D’ÊTRE D’UN SYSTÈME SOCIAL
EST DE SERVIR L’HOMME DANS SON ÉVOLUTION.

Pour remplir sa mission universelle avec les autres dans le contexte collectif, l’Homme a besoin d’une gestion politique qui garantisse la liberté individuelle et collective.

Cette gestion, pour être légitime, doit être en accord avec l’Autorité de la Vie, donc libre de toute ingérence idéologique et religieuse, communautariste ou personnelle qui empêcherait l’individu de penser et d’agir en accord avec sa conscience.

Dans la véritable démocratie, sans partis politiques ni religions, chacun a la responsabilité de répondre aux nécessités et aux besoins communs en s’exprimant librement, non pas selon ses désirs et ses intérêts personnels, mais selon le besoin profond de son âme, éclairé du dedans par l’Autorité de la Vie. Tant pour l’individu que pour la collectivité, l’Éveil à l’Intelligence du cœur dès l’enfance devient donc une nécessité.

NOTRE CONDITION HUMAINE NOUS PRÉDESTINE À PORTER LE POIDS DU MONDE,
ENSEMBLE COMME UN SEUL HOMME.

Dans la démocratie que le Monde attend, chacun pourra s’épanouir et vivre dans la plénitude, être reconnu et apprécié par ses semblables, s’il vit selon ses moyens, sans surestimer ni sous-estimer ses réels aptitudes et besoins. Chacun pourra remplir sa fonction en donnant le meilleur de lui-même, au service des autres et du bien commun, dans le désintéressement et la responsabilité partagée.

Aux yeux de la Vie nous sommes tous égaux. Aucune mission existentielle n’est supérieure ou inférieure à une autre car elles sont toutes nécessaires à l’évolution harmonieuse de l’ensemble. Chacun, selon sa force et sa qualité d’âme, ses capacités et ses dons, a son rôle à jouer.

Dans la véritable démocratie, l’évolution individuelle nourrit l’évolution du contexte collectif.

LA SEULE ORGANISATION SOCIALE QUI RÉPOND AUX BESOINS
DE LIBERTÉ, DE JUSTICE ET DE PAIX
EST LA DÉMOCRATIE DIRECTE.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 17 juin 2017.

Télécharger cet article au format PDF

POURQUOI LES HOMMES USENT-ILS DE STUPÉFIANTS ?

Par Léon Nikolaïevitch Tolstoï.

Les intoxications que nous imposent nos vies urbaines et précipitées se banalisent de telle façon qu’on en est parfois à se demander s’il n’y a pas une fatalité des drogues. Sur le ton de la plus vive polémique, Tolstoï ne craint pas de bousculer les certitudes de chacun sur l’usage civilisé qu’il prétend faire des stupéfiants.

Lien vers le site de l’éditeur

LA MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE EN QUESTION

Par Diane Combes.

La « pleine conscience », qui envahit actuellement l’espace du développement personnel, nous aide-t-elle à remplir notre fonction d’Homme ?

Réflexion inspirée de l’approche développée dans les textes de VIVRE LIBRE

Comme pour contrebalancer les modes de vie dénaturés et la fuite en avant technologique vers le virtuel, l’exercice de la méditation explose actuellement dans les pays occidentaux, dans le but de nous ramener à l’ « ici et maintenant ». Les medias nous révèlent que les meilleurs sportifs, les chefs d’entreprise et les grands artistes la pratiquent régulièrement. On ne trouve plus beaucoup d’écoles, d’entreprises, d’hôpitaux, de cabinets de psychothérapie où n’est enseignée la « pleine présence » ou « méditation de pleine conscience », encore appelée « Mindfulness »1 ou méditation laïque. Lire la suite…

LA « THÉORIE DU GENRE » : UNE THÉORIE OU BIEN UN PROGRAMME DE RÉÉDUCATION ?

Par Gerlinde Höschter, Graz.

A-t-on le droit d’être en faveur de l’émancipation de la femme et de la reconnaissance des modes de vie homosexuels tout en développant une argumentation contre l’idéologie du genre ?

La force du tabou

Dans de nombreux milieux, toute critique concernant la thématique du genre est taboue, parce que personne ne veut s’exposer au grief de la discrimination. Ainsi, même les personnes pleines de bonnes intentions se taisent, bien qu’elles n’aient rien à redire contre l’égalité des sexes, mais uniquement contre la tutelle de règles linguistiques ou la soft répression du politiquement correct. Cependant, pour résoudre les questions politiques et éthiques concernant l’égalité des sexes, la théorie du genre ne serait pas nécessaire: le droit à l’émancipation politique résulte automatiquement du concept de «citoyen», et le refus éthique de la discrimination résulte du concept de l’« être humain ». L’insinuation selon laquelle ces concepts impliquent déjà des discriminations, atteste de l’ignorance des partisans de la théorie du genre, dont la confrontation à la théorie politique et à l’anthropologie n’a de nécessité que pour mieux véhiculer des représentations simplistes de l’ennemi. Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PARENTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

photo-enfants

Mère de L. – Fille de 3 ans

Notre fille, en première section de maternelle, est très sensible à la leçon du Professeur Hibou.
Sur les conseils de sa maîtresse, c’est une méthode que nous employons régulièrement afin de l’encourager à écouter son cœur et à elle-même parvenir à distinguer ce qui est bien et ce qui est mal. Grâce à cette méthode, ma fille parvient à s’autocritiquer, ce qui est très surprenant pour un enfant de cet âge. Elle lui permet ainsi de mieux gérer son comportement et d’exprimer ses émotions.
C’est une méthode que je recommanderais pour son efficacité aussi bien dans le système scolaire que dans la vie de tous les jours. Lire la suite…

L’ASSASSINAT DE LA CONSCIENCE

Par Jean Dornac.

Je dois préciser que cette analyse n’engage en rien le mouvement altermondialiste, ni les autres auteurs de mon site. C’est une intuition que je porte depuis plusieurs années… Une intuition qui se confirme au fil des années et des faits.

Le système qui cloue l’humanité pauvre, partout sur la surface de la terre, à pour nom aujourd’hui, néolibéralisme. Ce système vise à asservir le plus grand nombre pour le seul bénéfice d’un groupe minuscule. Cette idéologie n’est pas arrivée par hasard. Elle a été réfléchie, mûrie longuement par des chercheurs américains (pour l’essentiel) regroupés dans les « think tanks » [1]. Ces chercheurs ont été financés dans cet unique objectif et devaient parvenir à un résultat imposé dès le départ par les commanditaires de l’opération. Lire la suite…

ÉDUQUER SES ENFANTS COMMENCE PAR S’ÉDUQUER SOI-MÊME

Par Elsa Guérin.

Dans l’entreprise qui consiste à éduquer un enfant, rien de plus aisé que de se réfugier derrière la « personnalité » de l’enfant ou de se référer à l’environnement scolaire en particulier pour justifier et excuser ses écarts de conduite. Quel parent n’a pas dit : « il a du caractère ! » lorsque son enfant était en pleine crise et quel autre, face à un comportement inopportun de son enfant n’a pas pensé : « ah ça, c’est l’école » !

Bien difficile tâche pour un parent de se remettre en question et d’admettre sa responsabilité dans l’éducation de son enfant. Pourtant, de nombreuses études ont souligné le fait que l’exemple parental représentait une part déterminante dans l’éducation de l’enfant. Et si l’influence du milieu extérieur ne peut pas être niée, c’est avec les parents que l’enfant apprend à se conduire, d’abord par imitation puis par goût et par envie. Lire la suite…

LA VÉRITABLE ÉDUCATION…

Par Krishnamurti.

En réalité, nous avons pratiquement tous peur. Nos parents ont peur, nos éducateurs ont peur, les gouvernements et les religions ont peur que nous devenions un individu à part entière, car ils veulent tous que nous restions bien à l’abri au sein de la prison que sont les influences de l’environnement et de la culture.

La quête de la vérité ne consiste pas à demeurer dans la prison, mais plutôt à comprendre la prison et à s’en échapper. Lire la suite…

17. ÉDUQUER AUTREMENT

L’Homme, doté de cœur et de raison, évolue en conscience et a une mission particulière à remplir sur terre. Porteur d’Unité et d’Amour dans le monde, il a besoin d’une éducation éclairée et équilibrée qui le prépare à la fois à la vie intérieure, individuelle, et à la vie extérieure, sociale ; une éducation qui, d’une part, l’éveille à son état d’Homme et, d’autre part, l’aide à intégrer le monde et à maîtriser les réalités existentielles.

UNE ÉDUCATION RÉALISTE MÈNE À LA PLEINE CONSCIENCE
DU SENS DE L’EXISTENCE DANS LE CONTEXTE UNITAIRE DE LA VIE
AINSI QU’À LA PLEINE PRÉSENCE DANS LE MONDE.

À sa naissance et pendant quelques années, l’enfant baigne dans un état de conscience unitaire, impersonnel et universel, dans la pureté et l’innocence. Vers 3-4 ans, il s’éveille peu à peu à sa personnalité, à son désir et à sa volonté propre. Il est fasciné par le monde qui l’entoure, aime découvrir, apprendre et comprendre, et cherche à exercer son pouvoir sur les êtres et les choses.

C’est le moment propice pour l’éveiller à l’Intelligence du cœur, à la voix de la Conscience – la voix de son cœur – qui lui dicte comment employer son pouvoir de façon juste et l’empêche de se laisser entrainer par la malignité sous toutes ses formes.

Éveillé à sa verticalité intérieure – son axe d’équilibre dans le monde où tout change en permanence –, il devient capable de distinguer « ce que veut sa tête », qui exprime son désir personnel égotique, de ce que lui dicte son cœur, qui exprime la volonté de la Vie.

Il sent que cette voix intérieure le rend maître de lui-même, et il est fier de pouvoir agir seul « comme un grand ». Il découvre l’autodiscipline qui l’aide à instaurer de justes relations avec lui-même, les autres et le monde.

L’ÉVEIL À L’INTELLIGENCE DU CŒUR FAIT NAÎTRE L’AUTONOMIE DE LA PENSÉE,
LA CONFIANCE EN SOI ET L’EMPATHIE.

Dès sa naissance, l’enfant doit être considéré comme un Homme à part entière et traité avec dignité. Éduquer n’est ni laisser faire, ni dresser ou formater.

L’autorité juste, ferme et bienveillante dont tout enfant a besoin pour se sécuriser et se structurer n’a rien à voir avec le laxisme irresponsable qui mène à l’enfant-Roi, ni avec l’autoritarisme répressif et injuste qui engendre la révolte ou, au contraire, la peur, l’inhibition et le repli sur soi.

ÉDUQUER DEMANDE UN JUSTE ÉQUILIBRE ENTRE AUTORITÉ ET LIBERTÉ.

Pour grandir et s’épanouir librement, l’enfant a besoin de références stables qu’il aime, qu’il respecte et en qui il a confiance. Il a besoin de l’amour vrai – non possessif –, de l’affection et de l’autorité de ses deux géniteurs, ses tuteurs naturels.

Il est essentiel que les parents prennent conscience de leur rôle primordial. Ils doivent savoir que leurs enfants ne leur appartiennent pas, mais sont les enfants de la Vie qu’ils ont la responsabilité d’éveiller et d’éduquer afin qu’ils deviennent autonomes, capables de penser par eux-mêmes, de décider et d’agir en leur âme et conscience.

Ils doivent se connaître suffisamment eux-mêmes et être cohérents en paroles et en actes car leurs valeurs et aspirations, leur façon d’être, d’agir et de réagir influencent fortement le comportement et l’évolution de leurs enfants.

ON ÉDUQUE AVANT TOUT PAR L’EXEMPLE.

Éduquer autrement nécessite d’avoir gardé son âme d’enfant pour pouvoir s’adapter aux besoins de ceux que l’on accompagne vers la maturité et l’autonomie.

Éduquer autrement c’est permettre à toutes les potentialités d’un individu de se développer librement pour qu’il puisse offrir aux autres et au monde le meilleur de lui-même, tout en sauvegardant tout au long de son existence la fraîcheur, la spontanéité et l’ouverture d’esprit de la petite enfance.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 8 avril 2017.

Télécharger cet article au format PDF

LES LIMITES DE LA LAÏCITÉ FACE AU BESOIN DE SPIRITUALITÉ

Par Corinne Viggiano (enseignante).

De nos jours il semblerait que la laïcité devienne l’enjeu de bien des combats d’origine identitaire, et qu’au lieu d’apaiser elle suscite divisions et incompréhensions, exactement le contraire de ce qu’elle se propose d’apporter dès l’origine : une tentative d’éclairer le peuple et de le rassembler au-delà des convictions culturelles et religieuses. Mais la laïcité telle qu’elle est proposée et apprise à l’école n’a aucun fondement spirituel. Lire la suite…

LE SENS DES MOTS

Par H Lubienska de Lenval.

Trop souvent, on se fait de la liberté une idée fausse, et on inculque celle-ci aux enfants : la liberté serait l’absence de contrainte : une activité déréglée, sans frein et sans but.

Pour des enfants cloués sur des bancs, obligés de subir passivement un flot de paroles, liberté signifie le droit de courir en criant. Idée toute négative, réaction violente contre une atteinte chronique à la liberté. Car la liberté essentielle, indispensable à l’homme, est celle de bouger, d’agir et de penser à son rythme individuel. La discipline n’est pas opposée à la liberté, elle en est solidaire.

C’est dans la mesure où il est discipliné que l’homme est libre. Considérez le danseur, comme il bondit dans l’espace ; le pianiste, comme ses doigts courent sur le clavier ; le nageur, comme il défie les profondeurs de la mer. Pour devenir libre, l’homme doit se discipliner. Mon âme est toujours entre mes mains, disait le Psalmiste.

En langage pédagogique, nous traduisons : mon activité est toujours dirigée par ma volonté consciente. Respecter la liberté de l’enfant, c’est l’aider à se discipliner ; c’est se faire l’allié de son énergie centripète contre ses énergies centrifuges ; c’est le guider vers l’accomplissement de sa destinée d’homme conscient et responsable.

Source : Extrait de L’ÉDUCATION DE L’HOMME Edition – S.P.E.S (Paris)

Télécharger cet article au format PDF

NOS ENFANTS SONT-ILS EN TRAIN DE MUTER ?

Par Réjane Ereau.

Enfants précoces, autisme, hyperactivité, extra-sensorialité… Les nouvelles générations semblent voir éclore de plus en plus de personnalités atypiques. Est-ce vraiment le cas ? De quoi sont-elles symptomatiques ?

Dans le service de pédopsychiatrie du Dr Lombard, arriva un jour un jeune garçon bon à l’école, mais qui se fichait de tout. Formé à la psychanalyse jungienne, le médecin le soumit à une vingtaine de questions existentielles. « Pourquoi vient-on sur Terre, quel est le sens de la vie ? » débuta-t-il. L’enfant sembla déstabilisé, mais il l’encouragea : « Ferme les yeux, va au fond de toi, prends ton temps, tu connais la réponse. » Au bout de quelques minutes, les yeux pleins de larmes, le garçon répondit : « Pour aimer. » Le Dr Lombard enchaîna : « Quand es-tu le plus heureux ? » Quand il jouait au basket. « Preuve d’un besoin de communion », analysa le médecin, qui poursuivit : « Si une très bonne amie de ta maman t’invitait deux mois en Italie, tu irais ? » Oui, « tout de suite », s’exclama l’enfant. Lire la suite…

LE SECRET DE L’ORDINATEUR DE GRAND-PAPA

Une proposition de livre d’enfant précieux.

Une occupation sensée pour les loisirs de nos enfants, c’est certainement un thème brûlant pour tous les parents. Il s’agit bien de préparer l’enfant avec une anticipation ludique à la réalité de la vie d’adulte, à une vie d’adulte dans laquelle il pourra contribuer de façon sensée à la sauvegarde du bien commun, dans laquelle il s’engagera pour la paix, l’égalité et la liberté. Lire la suite…

LE BESOIN SPIRITUEL

Par Jean-Louis Abrassart.

Dans les temps reculés de la préhistoire, avant l’aube du langage, les hommes de Néenderthal enterraient déjà leurs morts, sans vraiment avoir conscience de ce qu’ils faisaient. L’être humain a toujours senti, au fond de lui-même, qu’il n’était que de passage, que la condition humaine n’était qu’une des formes de la vie. Qu’est-ce la spiritualité au-delà des formes que lui ont donné les traditions religieuses ? Ne serait-ce pas ce besoin de se poser la question du sens de la vie, de l’origine et de la finalité de l’homme sur terre, de sa place dans l’univers ?

Dans notre monde moderne, la science a remplacé les religions dans sa tentative de répondre à ces questions fondamentales. Elle s’aperçoit maintenant qu’elle poursuit une quête sans fin, chaque découverte dans l’infiniment petit ou dans l’infiniment grand amenant de nouvelles interrogations. Mais devons-nous attendre de l’extérieur une réponse ou devons-nous la chercher en nous ? Lire la suite…

LES RÊVES DE LA GÉNÉTIQUE, PHANTASMES DE L’EUGÉNISME

Par Moritz Nestor.

La génétique est une science officiellement reconnue. Il y a peu de spécialistes en génétique humaine dont la pensée correspond à celle présentée dans cet article. En effet le danger demeure présent lorsque des chercheurs rencontrent la finance et le pouvoir qui leur procurent la célébrité mondiale et leur fournissent les moyens financiers pour des expériences inhumaines et criminelles. Dans son livre, Ludger Wess décrit l’historique de telles conceptions.

(…) La question «quelle est la motivation des ingénieurs généticiens cherchant à pénétrer encore plus dans les secrets de l’hérédité?»(1) est le sujet principal du livre «Les rêves de la génétique» de Ludger Wess. «Ni les manuels ni les abrégés de l’histoire du génie génétique n’en parlent. C’est le silence total».(2) Mais presque tous les généticiens qui ont significativement contribué au progrès de leur science ont conçu des textes inquiétants avec des utopies sociales alarmantes basées sur le génie génétique: «Des rêves de domination sur la vie, d’un monde meilleur, à réaliser à l’aide du génie génétique. Les visions de pouvoir sont la clef pour comprendre les évolutions actuelles en génétique et en médecine de la procréation.»(3) (…) Lire la suite…

16. UNE ÉPOQUE CHARNIÈRE DÉCISIVE

Vivre de façon constructive l’époque charnière que nous traversons exige une juste compréhension de la nature et de l’envergure de la mutation qui a lieu sur terre.

Tout au long de son histoire, le monde a connu des changements de paradigme pour des raisons naturelles, religieuses et sociales. Mais le changement que nous vivons – le plus capital et le plus décisif que l’humanité ait connu depuis des millénaires – est d’ordre spirituel.

Depuis sa genèse, l’humanité subit une lente évolution au rythme des ères astrologiques. Désormais entré dans l’âge de la maturité – de l’autonomie spirituelle –, l’être humain doit devenir Homme et remplir sa fonction de co-créateur dans le contexte unitaire de la Vie, en mariant matière et Esprit.

Il doit quitter l’approche transcendante du plan métaphysique de la réalité – en se libérant de toute autorité spirituelle extérieure, culturellement imposée – et doit s’éveiller à son lien universel immanent – purement intérieur et individuel – avec les Forces Cosmiques. Ce lien personnel et intime permet de s’extraire d’une conscience limitée et étriquée, et de s’ouvrir à l’ensemble de l’univers et ses Forces créatrices, notre véritable espace de vie et d’évolution.

SEUL UN CHANGEMENT DE CONSCIENCE
RÉUNIRA LES HOMMES DANS UNE UNITÉ SOLIDAIRE.

En ces temps délicats de maturation et de mutation, l’humanité se prépare à une nouvelle façon de voir et de concevoir l’existence, et à approcher tout – même le connu – avec un regard neuf. L’influence de la constellation du Verseau balaie les idées préconçues, les croyances et les superstitions pour changer en profondeur notre relation avec les êtres et les choses.

Les cœurs s’ouvrent progressivement à la Force de l’Amour, qui détrône la logique du pouvoir, du profit et de la compétition, propre au monde ancien, pour que règnent l’amitié spirituelle, l’entraide et le partage.

Quand les Hommes seront tous reliés en conscience au plan unitaire et impersonnel de l’Être, soumis à l’Autorité de la Vie, ils seront éclairés par La Raison qui transcende toutes les raisons personnelles et collectives. Cette référence intérieure, stable et commune à tous, libérera les esprits du relativisme, cause d’incompréhension et de division, et mettra fin à des siècles de domination de l’être humain par son semblable.

En cette époque charnière, la responsabilité de chacun est engagée car l’enjeu est de taille : soit l’humanité trouve son sens d’être dans le contexte unitaire de la Vie, soit elle s’égare dans les divagations du matérialisme, et prépare sa propre perte.

Cette période décisive exige que l’on se remette en question, et que l’on se dispose à accueillir avec bienveillance et ouverture d’esprit les nouvelles générations qui sont déjà sous l’influence de ce processus de transmutation et sont donc porteuses de besoins et d’aspirations propres au monde nouveau.

NOUS NOUS PRÉPARONS À UN MONDE OÙ PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 18 février 2017.

Télécharger cet article au format PDF