LE POUVOIR N’A RIEN D’INNOCENT !

Par Russel Bouchard.

Pour Montaigne, les deux motifs de l’engagement politique sont le désir de s’enrichir et l’aspiration à la gloire ou à l’honneur. C’est, à mon avis, réduire à bien peu ce qui attise tant de passion dans le genre humain. Selon ce que j’en sais et selon l’expérience que j’en aie, je dirais plutôt que ce désir se concentre autour d’une grande passion qui embrasse toutes les autres : la passion du pouvoir (pouvoir de s’enrichir, pouvoir de dominer, pouvoir du paraître). Ceux qui s’y engagent avec l’honnête et vertueux souci de servir leurs semblables sans espoir de retour, comprennent très tôt que cette avenue transcendante ne se retrouve en fait que dans le contre-pouvoir, là où la politique produit ses méfaits, et bien peu de ces philanthropes, finalement, acceptent de rabattre leur engagement à ce niveau : c’est-à-dire dans les champs de la pauvreté, de l’injustice, de l’intolérance et de la valorisation de la dignité humaine. Lire la suite…

LA VOIE DE L’À-VENIR

Par Carl Gustave Jung.

Si je parle dans l’esprit de ce temps, il me faut dire : Rien ni personne ne peut justifier ce qu’il me faut vous annoncer. Me justifier est superflu, car je n’ai pas le choix, il le faut. J’ai appris qu’outre l’esprit de ce temps, un autre esprit est à l’œuvre, celui qui règne sur les profondeurs de tout ce qui fait partie du présent. L’esprit de ce temps veut entendre parler d’utilité et de valeur. Je le pensais moi aussi et ce qui est humain en moi le pense encore. Mais cet autre esprit m’oblige néanmoins à parler, par-delà toute justification, toute utilité et tout sens. Lire la suite…

19. LE JUSTE EMPLOI DU POUVOIR

Selon que l’on approche l’existence pleinement éveillé à notre identité spirituelle-commune ou non, on vit, pense et agit sous l’éclairage de l’Esprit de Vie ou sous l’emprise de l’esprit du Monde.

En cette époque décisive de mutation, chaque Homme doit devenir conscient de son sens d’être et de sa fonction dans le contexte Cosmique ; conscient que l’existence n’est qu’un passage, que rien ne lui appartient en propre, et que le pouvoir dont la Nature l’a pourvu est un don de la Vie qu’il se doit de bien employer.

Chaque individu est doté d’Intelligence de cœur et de Raison, de pouvoirs spirituels et matériels, pour vivre en accord avec la voix de la Conscience, contribuer à l’évolution des mentalités et assurer la pérennité harmonieuse de l’humanité. Abuser de son pouvoir pour assouvir des intérêts égoïstes, pour nuire à son semblable, l’exploiter, le manipuler ou le dominer est donc totalement illégitime, pervers et destructeur.

QUAND L’AMOUR EST ABSENT,
LE POUVOIR CORROMPT, DIVISE ET DRESSE LES UNS CONTRE LES AUTRES.

L’Homme moderne, coupé de son identité spirituelle et ignorant la loi suprême de l’Amour, vit à son insu sous l’emprise de l’esprit d’un monde qui a rompu tout lien avec la source mystérieuse de la réalité.

Identifié à sa seule dimension terrestre, plongé dans le subjectivisme, il est réduit à l’état d’animal domestique, dépourvu de responsabilité réelle et de dignité. Sans référence intérieure, il est enchainé aux valeurs éphémères du monde, formaté par l’idéologie, la propagande et les valeurs de l’époque. Il est avide de pouvoir personnel, ne cherche que la facilité, le plaisir et le confort, et ne vit que dans le paraître.

Dans un tel contexte d’aveuglement spirituel, se perpétue un monde matérialiste, gouverné par un système de dominants-dominés où règne la loi de la jungle, la loi du plus fort, du plus malin, du plus cynique.

L’ÉTAT DU MONDE DÉPEND DE L’USAGE QUE L’HOMME FAIT DE SON POUVOIR.

Pendant des millénaires, l’humanité a évolué reliée à la dimension métaphysique de la réalité par l’intermédiaire de divers systèmes religieux et spirituels. Mais pour que le Monde Nouveau voie le jour, chacun doit s’individuer, Être Un en lui-même, autonome spirituellement et responsable du juste emploi de son pouvoir.

Ce n’est qu’éveillé au plan universel de la Conscience, éclairé par l’Esprit de Vie, que l’individu devient conscient de sa fonction d’Homme et œuvre à son propre accomplissement dans la plénitude et la joie de vivre. Ce n’est qu’unis par leur identité spirituelle-commune, en partageant une même compréhension du sens de l’existence, que les Hommes vivront dans la solidarité, le respect et l’enrichissement mutuels.

Seule une humanité Une en Conscience, exerçant le pouvoir en accord avec l’Autorité suprême de la Vie, fera naitre un monde en paix, géré par une Démocratie éclairée.

LE MONDE ANCIEN SE MEURT,
ET L’HUMANITÉ DOIT CONNAITRE UNE VÉRITABLE RENAISSANCE.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 26 août 2017.

Télécharger cet article au format PDF

CŒUR ET RAISON

Par Bruno Bettelheim.

Nous ne pouvons espérer réaliser de belles choses si le cœur et la raison demeurent dissociés.

Le travail et la création artistique, la vie familiale et la vie sociale, ne peuvent plus évoluer séparément.

Il faut que le cœur, s’armant d’audace, imprègne la raison de sa chaleur vitale, même si la raison doit renoncer à sa rigueur logique pour faire place à l’amour et aux pulsations de la vie.

Nous ne pouvons plus nous contenter d’une vie où le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas.

Nos cœurs doivent connaitre le monde de la raison et la raison doit avoir pour guide un cœur conscient.

Source : Le Cœur conscient, Robert Laffont éd., Paris, 1972 

Télécharger cet article au format PDF

L’ÉDUCATION EST UNE GUERRE QUI NE DIT PAS SON NOM

Par Marc-André Cotton.

Résumé : À l’origine de toutes les guerres, il y a celle que livrent les adultes du monde entier contre la conscience enfantine. Incursion au cœur d’un conflit séculaire.

Dans un long recueil de textes sur l’éducation, publié en 1977 sous le titre de Schwarze Pädagogik, Katharina Rutschky rassembla toutes les techniques traditionnelles de conditionnement éducatif permettant aux parents de briser la volonté de l’enfant sans que celui-ci ne soit en mesure de retrouver par lui-même l’origine de cette répression. Il revient à Alice Miller d’avoir popularisé la notion de Pédagogie noire* pour caractériser une attitude parentale fondée sur le mépris et la persécution de la vie de l’enfant, dont les effets se manifestent à l’extrême dans l’idéologie fasciste, mais s’étendent aussi à de si nombreux domaines et comportements qu’ils finissent par être perçus comme allant de soi (1). Lire la suite…

TÉMOIGNAGE À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

Par Monique Colletti, professeur des écoles en maternelle.

Depuis le temps que je suis enseignante, je n’ai jamais rien lu dans les programmes ni entendu dans les conférences pédagogiques à propos de la conscience de l’enfant, et de comment le guider vers sa véritable autonomie, qui est d’ordre intérieur. On y mentionne l’autonomie, certes, mais il s’agit de la soumission à des règles, à des références extérieures, qui changent selon le lieu, l’époque et l’idéologie dominante. Lire la suite…

POURQUOI FAUT-IL ÉCOUTER PLUS LOIN QUE NOS OPINIONS

Par Gilles Farcet.

Mon opinion ou ton opinion ?

L’écologie intérieure doit, elle aussi, se préoccuper des facteurs de pollution, les identifier et tenter d’en réduire les émissions. Parmi les polluants divers qui agissent sur notre climat interne, il y a… nos opinions, ou plutôt la relation passionnelle que nous entretenons la plupart du temps avec elles. Lire la suite…

NOTRE EXISTENCE A-T-ELLE UN SENS ?

Préface de Trinh Xuan Thuan

(Extrait)

Depuis les temps les plus reculés, et à travers toutes les cultures, l’homme a essayé de conjurer son angoisse des espaces infinis en organisant les fragments d’information sur le monde extérieur en un schéma unifié et cohérent. Les univers se sont ainsi succédé et la représentation du cosmos a pris des formes diverses à travers le temps et l’histoire. Il y a quelques dizaines de milliers d’années, l’homme vivait dans un univers magique peuplé d’esprits : l’esprit Soleil pendant le jour, les esprits Lune et étoiles pendant la nuit, l’esprit pierre contre lequel on butait et auquel on demandait pardon, l’esprit rivière qui coulait à flots, bref un univers réconfortant et familier, à la mesure de l’homme. Lire la suite…

BERNAYS OU LA MANIPULATION DES ESPRITS

Par Michel LEBLANC.

La période des « fêtes de fin d’année » qui n’ont plus rien à voir avec celle de Noël puisqu’il s’agit très ouvertement des fêtes de la consommation la plus débridée, sans rapport avec la fête religieuse, amène à se pencher sur l’espèce de décervellement orwellien que subissent nos contemporains. Comment, en effet, ne pas constater que les mots utilisés aujourd’hui affirment des concepts contraires à leur sens primitifs. Voilà des années que l’on nous répète que le temps individuel est « libéré » que chacun peut faire tout ce qui lui plaît. Seulement on oublie de préciser que le choix, le goût, l’envie de ces prétendues « libertés » sont très largement orientés. Lire la suite…

18. LA VÉRITABLE DÉMOCRATIE

La démocratie que le Monde attend est la démocratie directe ; seule organisation sociale qui permet de réinstaurer le lien entre le pouvoir temporel des Hommes et l’Autorité spirituelle de la Vie.

Dans la véritable démocratie, où le pouvoir appartient au peuple, tout est mis en œuvre pour que l’individu s’accomplisse sur terre en remplissant sa mission existentielle, universelle : faire régner l’Unité et l’Amour en soi et dans le monde.

L’individu est la base de la société. Lui seul est porteur du plan unitaire, sacré, de la Conscience, lequel permet de réunir les Hommes au-delà de leurs différences, dans le total respect de leur liberté et de leur unicité.

L’UNIQUE SENS D’ÊTRE D’UN SYSTÈME SOCIAL
EST DE SERVIR L’HOMME DANS SON ÉVOLUTION.

Pour remplir sa mission universelle avec les autres dans le contexte collectif, l’Homme a besoin d’une gestion politique qui garantisse la liberté individuelle et collective.

Cette gestion, pour être légitime, doit être en accord avec l’Autorité de la Vie, donc libre de toute ingérence idéologique et religieuse, communautariste ou personnelle qui empêcherait l’individu de penser et d’agir en accord avec sa conscience.

Dans la véritable démocratie, sans partis politiques ni religions, chacun a la responsabilité de répondre aux nécessités et aux besoins communs en s’exprimant librement, non pas selon ses désirs et ses intérêts personnels, mais selon le besoin profond de son âme, éclairé du dedans par l’Autorité de la Vie. Tant pour l’individu que pour la collectivité, l’Éveil à l’Intelligence du cœur dès l’enfance devient donc une nécessité.

NOTRE CONDITION HUMAINE NOUS PRÉDESTINE À PORTER LE POIDS DU MONDE,
ENSEMBLE COMME UN SEUL HOMME.

Dans la démocratie que le Monde attend, chacun pourra s’épanouir et vivre dans la plénitude, être reconnu et apprécié par ses semblables, s’il vit selon ses moyens, sans surestimer ni sous-estimer ses réels aptitudes et besoins. Chacun pourra remplir sa fonction en donnant le meilleur de lui-même, au service des autres et du bien commun, dans le désintéressement et la responsabilité partagée.

Aux yeux de la Vie nous sommes tous égaux. Aucune mission existentielle n’est supérieure ou inférieure à une autre car elles sont toutes nécessaires à l’évolution harmonieuse de l’ensemble. Chacun, selon sa force et sa qualité d’âme, ses capacités et ses dons, a son rôle à jouer.

Dans la véritable démocratie, l’évolution individuelle nourrit l’évolution du contexte collectif.

LA SEULE ORGANISATION SOCIALE QUI RÉPOND AUX BESOINS
DE LIBERTÉ, DE JUSTICE ET DE PAIX
EST LA DÉMOCRATIE DIRECTE.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 17 juin 2017.

Télécharger cet article au format PDF

POURQUOI LES HOMMES USENT-ILS DE STUPÉFIANTS ?

Par Léon Nikolaïevitch Tolstoï.

Les intoxications que nous imposent nos vies urbaines et précipitées se banalisent de telle façon qu’on en est parfois à se demander s’il n’y a pas une fatalité des drogues. Sur le ton de la plus vive polémique, Tolstoï ne craint pas de bousculer les certitudes de chacun sur l’usage civilisé qu’il prétend faire des stupéfiants.

Lien vers le site de l’éditeur

LA MÉDITATION DE PLEINE CONSCIENCE EN QUESTION

Par Diane Combes.

La « pleine conscience », qui envahit actuellement l’espace du développement personnel, nous aide-t-elle à remplir notre fonction d’Homme ?

Réflexion inspirée de l’approche développée dans les textes de VIVRE LIBRE

Comme pour contrebalancer les modes de vie dénaturés et la fuite en avant technologique vers le virtuel, l’exercice de la méditation explose actuellement dans les pays occidentaux, dans le but de nous ramener à l’ « ici et maintenant ». Les medias nous révèlent que les meilleurs sportifs, les chefs d’entreprise et les grands artistes la pratiquent régulièrement. On ne trouve plus beaucoup d’écoles, d’entreprises, d’hôpitaux, de cabinets de psychothérapie où n’est enseignée la « pleine présence » ou « méditation de pleine conscience », encore appelée « Mindfulness »1 ou méditation laïque. Lire la suite…

LA « THÉORIE DU GENRE » : UNE THÉORIE OU BIEN UN PROGRAMME DE RÉÉDUCATION ?

Par Gerlinde Höschter, Graz.

A-t-on le droit d’être en faveur de l’émancipation de la femme et de la reconnaissance des modes de vie homosexuels tout en développant une argumentation contre l’idéologie du genre ?

La force du tabou

Dans de nombreux milieux, toute critique concernant la thématique du genre est taboue, parce que personne ne veut s’exposer au grief de la discrimination. Ainsi, même les personnes pleines de bonnes intentions se taisent, bien qu’elles n’aient rien à redire contre l’égalité des sexes, mais uniquement contre la tutelle de règles linguistiques ou la soft répression du politiquement correct. Cependant, pour résoudre les questions politiques et éthiques concernant l’égalité des sexes, la théorie du genre ne serait pas nécessaire: le droit à l’émancipation politique résulte automatiquement du concept de «citoyen», et le refus éthique de la discrimination résulte du concept de l’« être humain ». L’insinuation selon laquelle ces concepts impliquent déjà des discriminations, atteste de l’ignorance des partisans de la théorie du genre, dont la confrontation à la théorie politique et à l’anthropologie n’a de nécessité que pour mieux véhiculer des représentations simplistes de l’ennemi. Lire la suite…

TÉMOIGNAGES DE PARENTS À PROPOS DE « LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU »

photo-enfants

Mère de L. – Fille de 3 ans

Notre fille, en première section de maternelle, est très sensible à la leçon du Professeur Hibou.
Sur les conseils de sa maîtresse, c’est une méthode que nous employons régulièrement afin de l’encourager à écouter son cœur et à elle-même parvenir à distinguer ce qui est bien et ce qui est mal. Grâce à cette méthode, ma fille parvient à s’autocritiquer, ce qui est très surprenant pour un enfant de cet âge. Elle lui permet ainsi de mieux gérer son comportement et d’exprimer ses émotions.
C’est une méthode que je recommanderais pour son efficacité aussi bien dans le système scolaire que dans la vie de tous les jours. Lire la suite…

L’ASSASSINAT DE LA CONSCIENCE

Par Jean Dornac.

Je dois préciser que cette analyse n’engage en rien le mouvement altermondialiste, ni les autres auteurs de mon site. C’est une intuition que je porte depuis plusieurs années… Une intuition qui se confirme au fil des années et des faits.

Le système qui cloue l’humanité pauvre, partout sur la surface de la terre, à pour nom aujourd’hui, néolibéralisme. Ce système vise à asservir le plus grand nombre pour le seul bénéfice d’un groupe minuscule. Cette idéologie n’est pas arrivée par hasard. Elle a été réfléchie, mûrie longuement par des chercheurs américains (pour l’essentiel) regroupés dans les « think tanks » [1]. Ces chercheurs ont été financés dans cet unique objectif et devaient parvenir à un résultat imposé dès le départ par les commanditaires de l’opération. Lire la suite…

ÉDUQUER SES ENFANTS COMMENCE PAR S’ÉDUQUER SOI-MÊME

Par Elsa Guérin.

Dans l’entreprise qui consiste à éduquer un enfant, rien de plus aisé que de se réfugier derrière la « personnalité » de l’enfant ou de se référer à l’environnement scolaire en particulier pour justifier et excuser ses écarts de conduite. Quel parent n’a pas dit : « il a du caractère ! » lorsque son enfant était en pleine crise et quel autre, face à un comportement inopportun de son enfant n’a pas pensé : « ah ça, c’est l’école » !

Bien difficile tâche pour un parent de se remettre en question et d’admettre sa responsabilité dans l’éducation de son enfant. Pourtant, de nombreuses études ont souligné le fait que l’exemple parental représentait une part déterminante dans l’éducation de l’enfant. Et si l’influence du milieu extérieur ne peut pas être niée, c’est avec les parents que l’enfant apprend à se conduire, d’abord par imitation puis par goût et par envie. Lire la suite…

LA VÉRITABLE ÉDUCATION…

Par Krishnamurti.

En réalité, nous avons pratiquement tous peur. Nos parents ont peur, nos éducateurs ont peur, les gouvernements et les religions ont peur que nous devenions un individu à part entière, car ils veulent tous que nous restions bien à l’abri au sein de la prison que sont les influences de l’environnement et de la culture.

La quête de la vérité ne consiste pas à demeurer dans la prison, mais plutôt à comprendre la prison et à s’en échapper. Lire la suite…

17. ÉDUQUER AUTREMENT

L’Homme, doté de cœur et de raison, évolue en conscience et a une mission particulière à remplir sur terre. Porteur d’Unité et d’Amour dans le monde, il a besoin d’une éducation éclairée et équilibrée qui le prépare à la fois à la vie intérieure, individuelle, et à la vie extérieure, sociale ; une éducation qui, d’une part, l’éveille à son état d’Homme et, d’autre part, l’aide à intégrer le monde et à maîtriser les réalités existentielles.

UNE ÉDUCATION RÉALISTE MÈNE À LA PLEINE CONSCIENCE
DU SENS DE L’EXISTENCE DANS LE CONTEXTE UNITAIRE DE LA VIE
AINSI QU’À LA PLEINE PRÉSENCE DANS LE MONDE.

À sa naissance et pendant quelques années, l’enfant baigne dans un état de conscience unitaire, impersonnel et universel, dans la pureté et l’innocence. Vers 3-4 ans, il s’éveille peu à peu à sa personnalité, à son désir et à sa volonté propre. Il est fasciné par le monde qui l’entoure, aime découvrir, apprendre et comprendre, et cherche à exercer son pouvoir sur les êtres et les choses.

C’est le moment propice pour l’éveiller à l’Intelligence du cœur, à la voix de la Conscience – la voix de son cœur – qui lui dicte comment employer son pouvoir de façon juste et l’empêche de se laisser entrainer par la malignité sous toutes ses formes.

Éveillé à sa verticalité intérieure – son axe d’équilibre dans le monde où tout change en permanence –, il devient capable de distinguer « ce que veut sa tête », qui exprime son désir personnel égotique, de ce que lui dicte son cœur, qui exprime la volonté de la Vie.

Il sent que cette voix intérieure le rend maître de lui-même, et il est fier de pouvoir agir seul « comme un grand ». Il découvre l’autodiscipline qui l’aide à instaurer de justes relations avec lui-même, les autres et le monde.

L’ÉVEIL À L’INTELLIGENCE DU CŒUR FAIT NAÎTRE L’AUTONOMIE DE LA PENSÉE,
LA CONFIANCE EN SOI ET L’EMPATHIE.

Dès sa naissance, l’enfant doit être considéré comme un Homme à part entière et traité avec dignité. Éduquer n’est ni laisser faire, ni dresser ou formater.

L’autorité juste, ferme et bienveillante dont tout enfant a besoin pour se sécuriser et se structurer n’a rien à voir avec le laxisme irresponsable qui mène à l’enfant-Roi, ni avec l’autoritarisme répressif et injuste qui engendre la révolte ou, au contraire, la peur, l’inhibition et le repli sur soi.

ÉDUQUER DEMANDE UN JUSTE ÉQUILIBRE ENTRE AUTORITÉ ET LIBERTÉ.

Pour grandir et s’épanouir librement, l’enfant a besoin de références stables qu’il aime, qu’il respecte et en qui il a confiance. Il a besoin de l’amour vrai – non possessif –, de l’affection et de l’autorité de ses deux géniteurs, ses tuteurs naturels.

Il est essentiel que les parents prennent conscience de leur rôle primordial. Ils doivent savoir que leurs enfants ne leur appartiennent pas, mais sont les enfants de la Vie qu’ils ont la responsabilité d’éveiller et d’éduquer afin qu’ils deviennent autonomes, capables de penser par eux-mêmes, de décider et d’agir en leur âme et conscience.

Ils doivent se connaître suffisamment eux-mêmes et être cohérents en paroles et en actes car leurs valeurs et aspirations, leur façon d’être, d’agir et de réagir influencent fortement le comportement et l’évolution de leurs enfants.

ON ÉDUQUE AVANT TOUT PAR L’EXEMPLE.

Éduquer autrement nécessite d’avoir gardé son âme d’enfant pour pouvoir s’adapter aux besoins de ceux que l’on accompagne vers la maturité et l’autonomie.

Éduquer autrement c’est permettre à toutes les potentialités d’un individu de se développer librement pour qu’il puisse offrir aux autres et au monde le meilleur de lui-même, tout en sauvegardant tout au long de son existence la fraîcheur, la spontanéité et l’ouverture d’esprit de la petite enfance.

« LE SENS DE L’EXISTENCE »

VIVRE LIBRE, France, 8 avril 2017.

Télécharger cet article au format PDF

LES LIMITES DE LA LAÏCITÉ FACE AU BESOIN DE SPIRITUALITÉ

Par Corinne Viggiano (enseignante).

De nos jours il semblerait que la laïcité devienne l’enjeu de bien des combats d’origine identitaire, et qu’au lieu d’apaiser elle suscite divisions et incompréhensions, exactement le contraire de ce qu’elle se propose d’apporter dès l’origine : une tentative d’éclairer le peuple et de le rassembler au-delà des convictions culturelles et religieuses. Mais la laïcité telle qu’elle est proposée et apprise à l’école n’a aucun fondement spirituel. Lire la suite…